Home / International / 1.000 jours de guerre et 10.000 morts au Yémen: Silence face aux crimes saoudiens

1.000 jours de guerre et 10.000 morts au Yémen: Silence face aux crimes saoudiens

Mille jours de guerre menée par la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite contre le Yémen, a fait 10.000 morts. La communauté mondiale observe toujours le silence face aux crimes perpétrés contre les civils.

Lancée en mars 2015, la guerre menée par la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite contre le Yémen, est en son 1000e jour. Nombreux sont les crimes perpétrés contre les civils. 10.000 personnes sont mortes. Le monde observe toujours le silence face aux crimes. La coalition arabe est accusée par des organisations non gouvernementales d’avoir perpétré des crimes de guerre contre les civils au Yémen. L’ONU note que des milliers de civils ont été tués par la coalition arabe.
L’Arabie saoudite continue à ignorer les appels de la communauté mondiale pour l’annulation de l’embargo instauré contre la population, et bénéficiant du silence de Washington, la monarchie des pétrodollars refuse de respecter les droits humains. Il y’ a quelques jours, les raids aériens de la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite ont fait 136 morts civils. Des tirs inquiétants d’après l’ONU. Officiellement, cette guerre oppose les rebelles Houthis aux hommes d’Abd Rabbo Mansour Hadi, partisan de l’Arabie saoudite.
Washington qui a conclu avec l’Arabie saoudite un marché de 460 milliards de dollars d’armes, se tait face aux crimes perpétrés par la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite. Le conseil des droits de l’Homme des Nations unies a décidé, il y’ a quelques semaines, d’envoyer des experts internationaux enquêter sur les allégations de crimes de guerre au Yémen. Une résolution en ce sens présentée par les pays arabes et soutenue par les pays occidentaux a été adoptée par consensus, à l’issue d’intenses négociations dans les couloirs de l’ONU.
Le texte demande au haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, le Jordanien Zeïd Ra’ad Al-Hussein, de former ce groupe d’experts pour une durée d’au moins un an. L’Arabie saoudite a menacé d’annuler la coopération avec les pays encourageant l’enquête. La monarchie des pétrodollars refuse que le monde juge ce royaume pour les crimes perpétrés. Washington qui ne respecte pas les appels lancés par des organisations non gouvernementales pour le boycott militaire contre l’Arabie saoudite a malgré tout averti le royaume que les crimes de guerre ne peuvent pas être acceptés. Il y’a quelques jours, le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, a noté, à Paris, que l’Arabie saoudite doit réfléchir aux répercussions sur sa politique envers le Yemen, le Qatar et le Liban. Le mardi, millième jour du conflit lancé par la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite, un missile a été tiré contre le royaume. L’Arabie saoudite qui tire presque quotidiniennement de nombreux obus contre le Yemen, tuant des civils, se présente comme victime. Les crimes de guerre continuent à être perpétrés contre le Yémen par la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite.

Onze civils tués hier

Onze civils ont été tués et huit autres blessés hier, au Yémen dans un raid aérien de la coalition emmenée par l’Arabie saoudite sur un fief des rebelles Houthis, a affirmé à l’AFP un chef tribal. Ce responsable, qui a requis l’anonymat, a affirmé que cette frappe avait visé Saada, ville du nord du Yémen et fief de la rébellion, qui tient également depuis 2014 la capitale Sanaa. La télévision Al-Massira, contrôlée par les Houthis, a également rapporté la mort de 11 personnes, dont des femmes et des enfants, et fait étdeux mois. Les autorités saoudiennes ont dénoncé ce nouveau tir et mis en cause l’Iran. Hier d’autres raids aériens ont été menés au Yémen, notamment au sud et à l’ouest de la capitalat de 19 blessés. Ce raid aérien survient au lendemain du tir par les Houthis d’un missile sur Riyad, intercepté par les Saoudiens au-dessus de leur capitale, pour la deuxième fois en moins de e Sanaa, selon des témoins. Une source de sécurité proche des rebelles les a également attribués à la coalition emmenée par Riyad. L’agence de presse de la rébellion a de son côté affirmé que 38 personnes, dont des femmes et des enfants, avaient été tuées ou blessées dans une série de frappes menées ces dernières heures dans plusieurs secteurs.

Mounir Abi

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …