Home / Actualité / 11e Festival international de la bande dessinée d’Alger: Une ambiance de fête

11e Festival international de la bande dessinée d’Alger: Une ambiance de fête

La 11e édition du Festival International de la bande dessinée d’Alger (FIBDA) connaît un engouement assez particulier pour son premier jour.

un programme assez riche et varié est concocté par les organisateurs de la 11e édition, tout au long de la semaine du FIBDA. En plus des expositions quotidiennes, des tables rondes et conférences sont prévues. Salim Brahimi, directeur de Z-Link, l’une des éditions les plus en vue au niveau national, spécialisée dans l’édition de la bande dessinée, et également auteur de BD présent régulièrement à cette manifestation nous a déclaré : «Nous participons au FIBDA depuis sa création en 2008. Chaque année, nous présentons nos nouvelles sorties. Cette fois-ci, nous avons quatre nouveautés. Nous présentons différents formats de BD, des séries, des one shot…etc. Le public algérien est varié, et nous, nous avons des publications qui s’adressent à toutes les tranches de la société, en arabe classique, en Derdja et en français. Nous préparons également plusieurs publications en Tamazight qui vont sortir très bientôt», dit-il.

Le Cosplay attire les jeunes

À propos du concours Cosplay dont il est l’organisateur, M. Brahimi affirme que cet événement «connaît un engouement sans précédent, et de plus en plus important. Cette année, nous avons fait une présélection et nous avons été exigeants. Toutes les tenues doivent être confectionnées par les participants eux-mêmes. Nous avons reçu plus de 120 participants», déclare le directeur de Z-Link. Le stand de cette maison d’édition est pris d’assaut par des dizaines de jeunes qui souhaitent acquérir des BD et mangas algériens. La maison d’édition a invité les jeunes auteurs dont ils viennent d’éditer les ouvrages. C’est le cas de Boulkaboul Amina, qui vient présenter son premier manga, sorti tout juste lors de ce Festival, intitulé «Lostland». «C’est ma première publication BD. J’ai commencé à travailler sur ce projet en 2014, et j’ai terminé en 2016, et là, avec ce Festival, elle vient de paraître. J’ai commencé à dessiner depuis ma tendre enfance. J’ai découvert la BD à travers la BD japonaise», dit-elle. C’est également le cas Adjabi Racim et les deux frères jumeaux Saihia Ahmed et Saihia Rachid, venus de Annaba, et qui viennent de coéditer «Cycle of war». C’est également leur première expérience dans ce domaine. «C’est une représentation de la guerre. Parce que dans toutes les guerres, chaque coté raconte qu’il est la partie gentille, et l’autre, la méchante qu’il faut combattre. Nous avons représenté ça dans un monde de fantaisie. Nous avons essayé de présenter les deux faces de la médaille», dit-il.

Animation variée

Nadia Dhab, qui publie sous le pseudo DLOG, est une bédéiste et caricaturiste tunisienne venue présenter ses œuvres au FIBDA. Elle présente, notamment, un ouvrage de BD, LAB 619 qui réunit plusieurs bédéistes. C’est le 8e numéro hors série qui aborde spécialement le thème des migrants. Ce jeudi, le Colombien Samilo Vieco Florez abordera la situation de cet art dans son pays à 14h00. A 16h00, une conférence intitulée : «Genre littéraire : le graphic-journalisme en Italie» sera animée par Scarpa, Calia, Canottiere et Ben Mohamed venus d’Italie. La rencontre sera animée par Dalila Nedjem. Toujours ce jeudi, le concours Cosplay continue pour sa deuxième journée. Des participants venus des quatre coins du pays vont exhiber, devant un jury international, les tenues de leurs super héros fétiches, qu’ils ont confectionnées eux-mêmes.

Arezki Ibersiene

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …