Home / Algérie / 540.000 articles saisis depuis janvier: La production locale freine la contrefaçon

540.000 articles saisis depuis janvier: La production locale freine la contrefaçon

Depuis le début de l’année, les services des douanes ont enregistré une baisse du nombre de produits contrefaits. Une baisse générée par l’augmentation de la production locale.

Les mêmes services ont saisi pour suspicion de contrefaçon, depuis le début de l’année en cours, 540.000 articles, a indiqué hier, Ouled Larbi Yazid, Sous-directeur de la lutte contre la contrefaçon à la Douane algérienne. Lors de la cérémonie d’ouverture d’un colloque sur la contrefaçon, organisé par World Trade Center d’Alger, M. Ouled Larbi, a fait savoir que le nombre d’articles contrefaits a nettement diminué, par rapport à 2016 où le nombre de produits était de 1.370.000 articles. «D’ici à la fin de l’année, le nombre risque encore d’augmenter, mais n’atteindra pas le chiffre enregistré en 2016», a-t-il poursuivi. Avant d’ajouter «que ces chiffres concernent des produits de variétés, dont la pièce de rechange, les produits cosmétiques, les articles de sports et autres…». Selon l’orateur, cette baisse est liée à l’augmentation de la production locale. «Au moment où les licences d’importations ont été bloquées, le produit local s’est frayé une place de choix sur le marché. La contrefaçon est similaire à un parasite qui détruit le marché, c’est pour cela que les producteurs s’investissent pour protéger leur marchandise», a-t-il dit. A cet effet, M Ouled Larbi expliquera qu’aujourd’hui un nombre important de producteurs locaux travaillent en collaboration avec divers services chargés de la lutte contre la contrefaçon ; c’est la raison pour laquelle le marché est bien contrôlé. «Chaque producteur s’investit dans cette lutte par la dénonciation et l’identification de l’authenticité du produit vendu sur le marché», a-t-il enchainé. Le même responsable a ensuite expliqué que les services de douanes ont mis en place un nouveau plan pour lutter contre ce fléau, notamment l’augmentation du nombre de contrôles sur le marché et la modernisation du système informatique. A ce titre, il précise qu’il va falloir mettre en place une base de données qui contient toutes les informations relatives aux produits qui se trouvent sur le marché. «Elle relira tous les services spécialisés dans la lutte contre la contrefaçon. Cette base permettra à tous les services de travailler en collaboration», a-t-il conclu.
Pour sa part, le Directeur des activités commerciales et de la régulation des prix au ministère du Commerce, Abdelaziz Ait-Abderrahmane, a indiqué que les textes contenus dans le document de la nouvelle loi de finances sont relatifs à la protection du consommateur et à la répression des fraudes.
«Parmi les aspects développés dans cette loi, la garantie du service après-vente, couvrant les véhicules automobiles et les équipements domestiques, le droit à la sécurité et la santé des utilisateurs, ainsi que la conformité des produits vendus sur le marché», a-t-il précisé. Il estime ensuite, que cette nouvelle loi doit être bien appliquée par les bureaux d’hygiène communaux, les agents de contrôle du ministère du Commerce, ceux des Douanes nationales et des services de sécurité. Par ailleurs, l’intervenant révèle qu’un nouveau mécanisme sera mis en place, d’ici le début de l’année. A cet effet, M.Ait-Abderrahmane, dira qu’à travers ce nouveau système, les usagers pourront signaler directement les produits contrefaits aux services de sécurité.

Radia Choubane

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …