Home / Culture / 8e Festival du cinéma d’Alger: C’est parti pour une semaine

8e Festival du cinéma d’Alger: C’est parti pour une semaine

Le 8e Festival international du cinéma d’Alger (Fica) s’est ouvert hier soir à la salle El Mouggar à Alger avec la projection du documentaire «Jean Ziegler, l’optimisme de la volonté», de Nicolas Wadimoff.

Le 8e festival du film d’Alger qui s’est ouvert hier soir à la salle El Mouggar se poursuit jusqu’au 8 du mois courant, avec au programme de la compétition officielle, dix-huit films de fiction et documentaires dont trois algériens. Le documentaire (hors compétition Jean Ziegler, l’optimisme de la volonté, de Nicolas Wadimoff, projeté hier, est consacré à l’action du sociologue suisse connu pour son combat contre la corruption et pour le droit à l’alimentation dans le monde. La compétition est donc lancée et parmi les films en course figurent neuf fictions sur les 18 films en provenance d’une dizaine de pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique. Au total, 26 films ont été donc retenus pour ce 8e Fica. Ils seront projetés à la salle El Mouggar et à la cinémathèque d’Alger (pour la deuxième projection). La nouveauté de cette édition est l’introduction à la programmation des courts-métrages, pour donner de la visibilité à des films de formats différents et ainsi encourager les jeunes réalisateurs. Par ailleurs, six courts-métrages qui ne sont pas en compétition seront projetés les 4 et 5 décembre (à partir de 10h) à la salle El Mouggar et seront suivis de débat en présence des réalisateurs (ou des producteurs). Côté fictions, on trouve dans le programme du festival des films comme Ciel rouge d’Olivier Lorelle (Vietnam, France) United Kingdom de Amma Assante (Grande-Bretagne), Nous n’étions pas des héros de Nacerddine Guenifi (Algérie) et Cuba Libre de Jorge Luiz Sanchez (Cuba). Côté documentaires, neuf films sont en compétition dont La forêt de Niolo (Burkina Faso), Molenbeek, génération radicale ? (Belgique), Off frame, la révolution jusqu’à la victoire (Palestine) et Tes cheveux démêlés cachent une guerre de sept ans de l’Algérienne Fatima Sissani. Par ailleurs, en plus des projections cinématographiques, le 8e Fica honorera le cinéaste algérien, Rachid Bouchareb et projettera son avant-dernier film, La route d’Istanbul, en clôture du festival, le 8 décembre à la salle El Mouggar. Rappelons que ce long-métrage co-produit avec la Belgique et la France représentera l’Algérie aux Oscars 2018 dans la section Meilleur film de langue étrangère.

Entrée gratuite

Le festival rendra également hommage à certaines figures du cinéma algérien récemment décédés dont Mahmoud Zemmouri, Mohamed Bouamari et Youcef Bouchouchi ainsi qu’au reporter et cameraman de l’ex-Yougoslavie, Stevan Labudovic. En outre, deux tables rondes et une conférence seront organisées durant ce festival. La première table ronde Fanon l’Algérie, peaux noires, écrans blancs est prévue le 3 décembre, à 10h à la salle El Mouggar, et sera consacrée au psychiatre et essayiste Frantz Fanon. La seconde abordera Le traitement de l’histoire contemporaine dans l’écriture filmique. Le festival recevra cette année l’un des plus grands scénaristes au monde, le Français Jean-Claude Carrière, qui compte à son actif plus d’une centaine de films. Il animera, le 7 décembre à 10h, à la salle El Mouggar, une conférence portant sur L’écriture du scénario. Il est utile de préciser que l’entrée pour toutes les projections du festival est gratuite.

Sara B.

About Armadex

Check Also

2e Colloque de la Palestine du roman arabe.. Amine Zaoui parmi les invités

Le romancier algérien Amine Zaoui sera parmi les invités, aux côtés d’une élite d’hommes de …