Home / Sports / Abdennour Grioua, DTN de la Fédération algérienne de Judo: «Reconquérir notre place sur le plan international»

Abdennour Grioua, DTN de la Fédération algérienne de Judo: «Reconquérir notre place sur le plan international»

Ayant perdu de son aura lors des dernières grandes compétitions, le judo algérien semble aujourd’hui à la croisée des chemins.De la bonne prestation à la hauteur des espérances à une relance qui tarde à se concrétiser, cette pratique se doit de se reprendre. Le directeur technique national (DTN), Abdennour Grioua, nous parle du plan d’action de la FAJ pour relancer cette discipline.

On a comme l’impression que le judo veut retrouver ses appuis ; quel est votre point de vue là-dessus ?
En effet, le judo algérien, qui n’est plus ce qu’il était, souhaiterait retrouver ses marques, normal, diriez-vous, en ces temps de disette en termes de résultats. Nous essayons aujourd’hui et tant bien que mal de lui prêter main-forte, avec un programme à moyen terme des plus minutieux.

Etes-vous satisfait du nouveau système de compétition dicté par l’instance internationale ?
C’est un système raisonnable qui convient a priori à tout le monde ; il est vrai qu’il y a des manques, et de là, des éléments qui rouspètent de par leur position dans le classement général.
Au contraire, c’est un système qui vous pousse à participer à toutes les compétitions qui sont aujourd’hui toutes importantes, où l’on peut citer les grand prix, les grands chelems et autres tournois internationaux.

Quelle est justement la valeur de ces points ?
Pourquoi participer à toutes les compétitions, si ce n’est pour bénéficier des points. D’abord, et selon les nouvelles règles, plus vous y prenez part, plus vous bénéficiez de points qui vous permettront de vous qualifier en prévision des grandes compétitions comme les championnats du monde ou Jeux Olympiques. Cela dit, l’on récolte le nombre de points en fonction du nombre de participations, c’est aussi une option pour bénéficier d’un meilleur classement, également de vous rapprocher des têtes de liste, voire, les champions du monde ou olympiques.

C’est donc un système qui convient à nos éléments, mais le nerf de la guerre fait actuellement défaut, n’est-ce pas ?
Que voulez-vous, nous ferons avec, même si avec le nerf de la guerre, ce système nous permet d’injecter la qualité, cela pousserait les autres à redoubler d’efforts.

Justement, et selon des informations crédibles, 22 judokas dont neuf dames sont partants pour le grand prix de Tunis. qu’en est-il ?
Il y a un système dans les compétitions inscrites dans le calendrier de la (FIJ), qui se ferme quelques jours avant la compétition ; celui-ci vous permet d’injecter un maximum d’athlètes qui vous permet de les écarter, l’inverse est synonyme d’élimination des athlètes préalablement engagés.

Quelles sont vos objectifs à court terme ?
Ils sont nombreux, mais on peut citer entre autres les différents tournois, grand chelem, grand prix, qui serviront de préparation pour les championnats d’Afrique des nations prévus en avril 2018. Il y a aura aussi les Jeux Méditerranéens de Tarragone en Espagne, les Jeux Africains de la jeunesse.

Et à moyen terme ?
On souhaite reconquérir notre place sur le plan international pour peu que les moyens suivent.

A. C.

About Armadex

Check Also

Angleterre.. Arsenal veut profiter de l’aubaine Brahimi

Yacine Brahimi n’est officiellement plus un joueur de Porto. Le milieu offensif algérien a vu …