Home / Actualité / Abrogation du service civil: Le ministère de la Santé campe sur sa position

Abrogation du service civil: Le ministère de la Santé campe sur sa position

Face à la décision des médecins résidents de la wilaya de Tizi Ouzou de durcir leur mouvement de contestation, le ministère de la Santé défend ses propositions et estime qu’elles sont correctes.

En effet, le président de la commission interministérielle chargé du dialogue avec les résidents des sciences médicales a défendu ce jeudi les réponses «concrètes» données par le département de Hasbellaoui aux grévistes en ce qui concerne notamment le service civil. En réponse aux revendications formulées par les médecins résidents, la durée du service civil, en dehors des wilayas d’Alger et d’Oran, sera désormais «de deux années au lieu des quatre auparavant», a-t-il fait savoir. «Nous avons répondu aux résidents de manière claire». L’abrogation de l’obligation du service civil n’est pas à l’ordre du jour. Le principe de solidarité est un principe fondamental dans notre système de santé, a indiqué Omar Beredjouane, lors de son passage dans l’émission l’Invité de la Rédaction sur les ondes de la Chaine III de la Radio nationale. Cette décision a été prise de «défalquer la durée de service militaire accomplie de celle du service civil». L’intervenant a présenté l’accomplissement de ce service comme «un avantage de promotion», promettant aux protestataires des conditions de logement optimums ainsi que la mise à leur disposition, «avant leur affectation», de «plateaux techniques homogènes», répondant à la pratique de leur spécialité. «Parallèlement, nous avons proposé une chose concrète aux résidents dans le domaine de la modulation du service civil. Ils nous ont fait une proposition écrite concernant la modulation du service civil. Nous avons pris en considération leur proposition ainsi que les conclusions et recommandations de la commission nationale d’affectation des praticiens spécialistes assujettis au service civil», a-t-il expliqué. Beredjouane croit cependant utile d’annoncer que les médecins pratiquant au titre du Service civil, bénéficieront, à l’avenir, de «mesures incitatives» sous la forme de dotations en numéraires variant de 20.000 à 60.000 dinars, compte tenu des zones géographiques de leur affectation. Pour ce responsable, le ministère de la Santé a fait un «effort considérable en matière de modulation du service civil». «L’objectif est de rendre ce service incitatif afin de permettre aux résidents d’aller dans différentes wilayas», a-t-il soutenu. Selon le président de la commission interministérielle chargée du dialogue avec les résidents, aucun poste budgétaire ne sera ouvert en l’absence du plateau technique. «On n’affecte pas aussi les médecins s’il n’y a pas de logement de fonction», a-t-il certifié. Il a expliqué, cependant, que malgré les problèmes posés par les représentants des 11.300 résidents, un accord a finalement été obtenu avec les résidents de médecine dentaire, afin qu’ils concourent à leurs examens et reprennent enfin leurs activités. Sur la santé, il a signalé la réunion prochaine du ministère avec les délégués des résidents des spécialités pharmaceutiques destinée, dit-il, à examiner leur plateforme particulière de revendications. Et d’ajouter : «Lundi prochain, la première réunion sur la révision de certains aspects liés au statut des résidents (aura lieu)». Interrogé par ailleurs, sur le départ des médecins spécialistes algériens à l’étranger, Omar Beredjouane a expliqué que les services publics sont en train de réunir toutes les conditions favorables pour permettre à nos médecins d’exercer en Algérie.

Fella Hamici

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …