Home / Sports / AG des fédérations sportives.. Les défis de l’heure

AG des fédérations sportives.. Les défis de l’heure

La petite reine continue son bonhomme de chemin, tout en évoluant sans président.

La troisième saison du mandat en cours vient d’être entamée par des activités sur le terrain, également sur le plan administratif. Celle-ci devra, en ces temps difficiles pour le sport algérien, se décider sur l’élaboration de calendriers, de programmes ainsi que sur le restant du plan de charge de l’année en cours, mais c’est malheureusement loin d’être le cas… Les fédérations, ligues ainsi que la plupart des clubs, ont débuté leurs travaux par les dépôts de bilans (moral et financier) de l’année écoulée. Si les structures fédérales avaient entamé la dernière ligne droite de leur mission avec comme objectif les Jeux Olympiques de Tokyo, les ligues et les clubs n’ont fait que suivre l’évolution. De nombreux défis se présentent et ils sont apparemment parfois insurmontables. Il faut dire que la réflexion fait plusieurs observations sur le sport et ses structures. Il ne manque pas, alors, de faire des propositions idoines pour une redynamisation des clubs, des ligues et des fédérations.
La petite reine continue son bonhomme de chemin, celui d’évoluer sans président. Sept mois se sont écoulés, et elle n’arrive toujours pas à élire un nouveau président après la démission de son ex-premier responsable, Messaoud Kerboua, pour raison de santé. Depuis, beaucoup de choses ont changé puisqu’une assemblée extraordinaire qui devait se tenir jeudi à la demande des deux tiers de ses membres a été reportée en raison de quorum non atteint. Elle s’est en revanche tenue le lendemain vendredi au Complexe sportif de Ghermoul, une manière d’apporter des amendements aux statuts de la fédération concernant notamment l’élection du président.
A l’ordre du jour, la désignation des membres de la commission de candidatures présidée par Aissaoui Toufik pour l’élection d’un nouveau président de la FAC et de la commission des recours. Une feuille de route a été tracée avec l’ouverture des candidatures du samedi 20 au lundi 22 avril à 15h avant que la commission ne délibère sur les candidats validés mardi. On apprend d’ores et déjà que Kheireddine Barbari est candidat à la présidence de la FAC et qu’Ismail Douzi, l’autre candidat vient d’être empêché de se présenter. La date de l’assemblée générale élective (AGE) est par ailleurs arrêtée pour le samedi 27 avril dans un endroit qui sera annoncé incessamment. Il faut dire que parallèlement à l’AGex, s’est tenue une conférence de presse mercredi, par une douzaine de ligues, une manière de barrer la route, selon elles, à ce qui se trame en ce moment.
Les conséquences du dernier processus électoral du mandat précédent ont apporté leur lot de réactions puisqu’une autre fédération s’est ajoutée à cette longue liste d’instance évoluant sans président. Elles étaient cinq, le karaté, les boules, qui ont réussi à élire leurs présidents ; resteront la boxe et le basket-ball, mais aussi le tir sportif, qui fonctionnent sans chef de file, qui devront en faire autant. Certains acteurs du sport diront : «Cela ne va pas se terminer puisque le tir emboîte le pas et voit ses bilans rejetés, alors que le risque d’en voir d’autres suivre ce rythme n’est pas à écarter». Les bilans (moral et financier) du président Ali Hamlat n’ont guère été approuvés ; une assemblée extraordinaire a été fixée pour la journée du 6 avril 2019 et l’élective plus tard. Le basketball organisera incessamment son assemblée générale élective avec une insistance sur l’ancien président de la FABB Rabah Bouarifi qui semble sur le point de reprendre son fauteuil de premier responsable. La boxe, pour sa part, demeure dans l’attente de ses deux assemblées générales extraordinaire et élective.
Sur les prochaines élections de la structure en question, et sur une probable sanction, Abdessalem Draa dira que la FAB suit attentivement les décisions de la FIBA : «Nous sommes contraints de suivre attentivement les décisions de la FIBA, même si celle-ci traverse des moments forts de son histoire en termes de règlements techniques notamment. Aujourd’hui, l’on s’achemine droit vers une assemblée générale élective ; nous sommes quatre pour l’instant qui avons reçu la déclaration d’éligibilité de la tutelle. Il sera donc question de Nacer Erouane, Athmane Lazizi, le retour d’un certain Abdellah Bessalem et moi- même». S’agissant de la date des élections, elles étaient prévues une première fois pour la fin décembre 2018, puis pour janvier 2019, mais depuis, rien ne filtre sur la tenue de ces deux séances au moment où les athlètes et leurs coachs ne savent plus où donner de la tête.
Ahmed Chébaraka

Check Also

Angleterre.. Arsenal veut profiter de l’aubaine Brahimi

Yacine Brahimi n’est officiellement plus un joueur de Porto. Le milieu offensif algérien a vu …