Home / Algérie / Aide aux communes pauvres de Sidi Bel-Abbès: Des programmes exposés aux maires

Aide aux communes pauvres de Sidi Bel-Abbès: Des programmes exposés aux maires

Les services de la direction de l’action sociale de Sidi Bel-Abbès, a organisé, hier, à la maison de la culture Kateb Yacine, une première rencontre avec les présidents des communes, pour leur communiquer les programmes de solidarité, en vue aider les franges de la société démunies.
L’objectif de cette première rencontre avec les nouveaux élus, est de les sensibiliser à travailler en coordination avec les différents dispositifs mis en place par la tutelle, afin de servir les classes inférieures de la société. Les représentants de la DAS ont présenté en détail les programmes élaborés pour améliorer le niveau de vie des citoyens, notamment dans les communes démunies et pauvres. Il s’agit du programme d’allocation forfaitaire de solidarité (AFS), programme de développement communautaire, dispositif d’activité d’insertion sociale (DAIS), cellule de proximité de solidarité, et le programme d’insertion des diplômés (PID). Le problème posé avec acuité par les présents et celui des jeunes contractuels visant les personnes sans revenu et en situation de précarité sociale dans le cadre du DAIS limité à une période de 6 ans non renouvelable. Ils s’agit généralement des jeunes recrutés en qualité d’agent de sécurité, cuisiniers, femmes de ménage et autres métiers utiles, que l’APC devraient leur assurer dans l’avenir un poste de travail permanent, dès l’acquisition du quota réservé chaque année, à chaque commune et lui accorder la priorité de l’intégration dans le monde de travail. Les dirigeants de la DAS ont mis l’accent sur la mission des élus censés de prendre en charge cette frange d’employés exploités pendant des années, ayant une expérience qui leur ouvre droit à un poste de travail. Pour se défendre, les maires présents, et certains représentants des communes, ont trouvé le moyen de justifier leur incapacité à assurer aux contractuels des postes d’emploi, sous prétexte de l’absence de développement qui aident à créer des richesses, notamment pour les communes pauvres. A ce propos, les intervenants de la DAS ont mis l’accent sur le rôle des huit cellules de proximités créées pour travailler conjointement avec les services des APC, pour enquêter sur les personnes démunies et sans revenue. Le but principal et de créer des ressources financière pour chaque foyer, et attribuer avec l’aide du dispositif de l’Angem des micro-crédits, notamment aux personnes ayant des métiers même minimes à exploiter leur savoir et les aider à améliorer leur niveau de vie, ciblant en priorité les femmes veuves, femmes divorcées et aux jeunes maîtrisant plusieurs métiers à exploiter. A l’échelle de la wilaya, la DAS compte 17 communes n’ayant pas les moyens de développement, ainsi que trois autres communes relevant de la daïra de Mérine, à savoir Taoudmout, Tefessour et Oued Taourira classées dans la case des communes les plus pauvres et sans ressources de la wilaya. Le rôle des cellules de proximité de solidarité composées d’un médecin, psychologue et d’une assistante sociale, accompagnés d’un ingénieur agronome ou d’un économiste en fonction de la zone d’intervention, est d’abord la prise en charge de cette catégorie vulnérable, à travers des sorties programmées à l’aides des services communaux, et informer la population locale sur les programmes d’aide disponible. Ces sorties permettront également de repérer les zones pauvres dans la région, et établir une carte sociale sur les différents communes défavorisées. Dans le même cadre, le dispositif d’allocation forfaitaire de solidarité (AFS) est aussi un moyen d’aider directement les catégories défavorisées de la société, les personnes et incapable de travailler et sans revenu. Selon la DAS durant l’assainissement des listes des bénéficiaires de ces deux dernières années (2016-2017), 1008 bénéficiaires ont été radiés, suite aux enquêtes approfondies menées par les services compétents sur la situation sociale des familles. Les services de la DAS ont lancé un appel de coordination et de collaboration avec les élus des communes, dans le but d’accompagner les personnes démunies, et leur communiquer les moyens de les aider à dépasser le seuil du besoin, en ajoutant que d’autres rencontres similaires seront programmées régulièrement pour assurer un suivi réel de la situation de chaque localité concernée par ses programmes d’aide.

S. D.

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …