Home / Algérie / Aït Aïssa Mimoun: Akhrib Azza veut sa part de développement local

Aït Aïssa Mimoun: Akhrib Azza veut sa part de développement local

Le village Akhrib Azza dans la localité de Aït Aïssa Mimoun (10km au nord-est de Tizi-Ouzou) accuse un énorme retard en matière de développement.

Une situation qui a été totalement dénoncée par la population locale qui interpelle les autorités locales concernées d’attribuer à leur localité sa part de développement et mettre fin au calvaire quotidien auquel elle fait face. En effet, après près d’un demi-siècle d’attente, le village Akhrib Azza sera enfin raccordé au gaz naturel, puisque les travaux de raccordement de ce village à cette énergie vitale ont été lancés la semaine écoulée, a-t-on appris auprès des villageois. Ces derniers qui n’ont pas manqué d’exprimer leur réjouissance devant ce projet qui mettra fin au calvaire de la bonbonne de gaz, notamment durant les saisons hivernales. «Nous avons beaucoup souffert pour transporter la bonbonne de gaz, notamment durant la saison hivernale où les routes qui mènent vers notre village sont quasiment impraticables», dénonce un habitant. Devant une telle situation, les villageois souhaitent à ce que leurs foyers soient raccordés au gaz naturel et ce, dans les plus brefs délais, tout en appelant les autorités locales à veiller rigoureusement sur le respect de délais de la mise en service de cette énergie.

Les collégiens traversent la forêt pour rejoindre leur école

Au-delà de ce projet qui a vu le jour, les habitants d’Akhrib Azza réitèrent leur appel aux autorités locales qui semblent tourner le dos à leurs doléances qui leur permettent d’avoir un cadre de vie décent. Parmi ces doléances qui sont renvoyées aux calendes grecques, ils citent la réalisation d’un collège qui permettra à leurs chérubins d’effectuer leurs études près de leurs domiciles et éviter leur déplacement sur une distance de 3 km pour rejoindre leur établissement scolaire sis au niveau du village Akaoudj. «Vu le manque de transport auquel fait face le village, les élèves scolarisés sont contraints de rejoindre leur collège à pied.
Pis encore, ils traversent la forêt du village Akaoudj, ce qui inquiète les parents, notamment avec le phénomène du kidnapping qui se manifeste dans la région ces dernières années». Une situation d’insécurité qui met dans l’embarras les parents.
«On ne sait pas si nous allons accompagner nos enfants pour rejoindre les bancs de leur collège ou bien d’aller rejoindre nos postes de travail», s’interroge une mère de famille. Pour cela, ils lancent leur appel auprès du chef de daïra de Ouaguenoun afin de résoudre le problème du transport dans ce village. En outre, plusieurs insuffisances d’utilité publique sont constatées au niveau de plusieurs villages appartenant à la localité d’Aït Aïssa Mimoun qui est à quelques encablures à vol d’oiseau du chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou. Pour cela, on cite, le revêtement de l’axe routier qui relie le village Akaoudj à Akhrib Azza au monde extérieur et qui est toujours en attente. «Nous avons sollicité à plusieurs reprises et saisi les autorités locales pour goudronner cet axe routier qui est devenu un casse-tête pour les automobilistes et les piétons. Les véhicules peinent à circuler dans la boue durant la saison hivernale», regrette les citoyens. A cela s’ajoute la perturbation de l’alimentation en eau potable (AEP), un problème récurrent auquel font face les villages de cette localité. «Nous recevons l’eau une fois par mois en été. Ce qui pousse la population locale à s’approvisionner des puits que compte le village ou bien d’allouer les citernes d’eau, notamment durant la saison estivale où le niveau d’eau baisse dans ces puits».
Ainsi, la gente juvénile de ce village déshérité crie sa détresse quant à l’absence des infrastructures culturelles et de loisirs qui leur permettent de se distraire, sachant de la quasi-totalité de cette catégorie est au chômage. «Nous voulons notre part de développement pour assurer un cadre de vie décent à cette population», c’est l’ultime appel lancé par la population locale de Akhrib Azza.

Z. C. Hamri

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …