Home / International / Alors que la troisième intifadha prend forme: Le monde désapprouve la «bêtise» de Trump

Alors que la troisième intifadha prend forme: Le monde désapprouve la «bêtise» de Trump

Suite à la déclaration de Donald Trump de déplacer l’ambassade américaine vers la ville palestinienne d’El Qods et la reconnaître comme capitale de l’Etat hébreu, des dizaines de manifestations ont été organisées,  hier après la prière du vendredi, à travers plusieurs villes du monde.

Hier, l’Etat hébreu a renforcé la sécurité dans tout le pays, notamment autour de la mosquée d’El Qods où les palestiniens devaient manifester après la prière du vendredi. Des centaines de policiers et de gardes-frontières supplémentaires ont été déployés à l’intérieur et autour de la vieille ville d’El Qods occupée que Donald Trump veut céder à l’occupant israélien pour en faire sa capitale. Pour renforcer sa sécurité, Israël a déployé des centaines de policiers supplémentaires à Jérusalem. Les policiers étaient dès le matin nettement plus nombreux qu’à l’accoutumée dans les ruelles de la Vieille ville. Les organisations palestiniennes avaient appelé à manifester après la prière du vendredi. En effet, plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés à l’heure prévue à Jérusalem, mais aussi en Indonésie, en Turquie et en Malaisie et d’autres villes du monde. Sur l’esplanade des mosquées, des centaines de personnes étaient réunies à la mi-journée après la grande prière du vendredi. À Ramallah, des heurts sporadiques ont été observés avec les soldats israéliens. Les mesures de sécurité ont été renforcées également autour des ambassades des Etats-Unis en Malaisie et en Indonésie, deux pays majoritairement musulmans. Devant la représentation diplomatique américaine à Kuala Lumpur, la capitale malaisienne, plus de 5000 manifestants ont scandé des slogans anti-américains et brûlé Trump en effigie. Le ministre malaisien de la Jeunesse et des Sports, Khairy Jamaluddin, présent à la manifestation, a accusé le président américain d’avoir pris une décision «illégale». «Jérusalem est un territoire occupé», a-t-il lancé. En Indonésie, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant l’ambassade des Etats-Unis à Djakarta, la capitale. Certains brandissaient le drapeau palestinien et criaient : «Allahou Akbar !» Au Pakistan, le principal parti islamiste, le Jamaat-e-Islami, a aussi organisé des manifestations dans les grandes villes du pays. Plusieurs milliers de personnes manifestaient, également, après la prière du vendredi à Istanbul en Turquie
Plusieurs milliers de personnes étaient rassemblées dans le quartier conservateur de Fatih, sur la rive européenne d’Istanbul, brandissant des pancartes proclamant : «Jérusalem est notre honneur !», «A bas l’Amérique ! à bas Israël !». Le gouvernement turc a fermement condamné cette mesure, le président Recep Tayyip Erdogan estimant, notamment, qu’elle plongeait la région dans un «cercle de feu». Cette annonce a suscité en Turquie de nombreuses réactions, y compris sur les réseaux sociaux. A Téhéran, capitale de l’Iran, des milliers d’Iraniens ont fini la prière de vendredi, organisée dans la grande mosquée de Mosala.
Les manifestants iraniens ont scandé des slogans contre la décision américaine. «Trump, incompétent, est responsable de tous les crimes» pouvait on lire sur ces pancartes qui promettaient aussi «la disparition d’Israël». En Egypte, Le discours devançant la prière du vendredi dans la mosquée d’Al-Azhar, la plus haute institution sunnite d’Egypte, était consacré à la décision de Donald Trump. Abbas Shoman, un des représentants d’El Azhar a comparé Donald Trump à l’organisation Etat islamique (EI) et déclaré que sa décision était une «décision terroriste». Il a estimé que «le temps n’était pas aux protestations, mais aux décisions». En dépit de cet appel au calme, des fidèles ont quitté la mosquée en clamant : «nous sacrifions nos âmes et notre sang à toi, Al-Aqsa.» La police anti-émeute, présente massivement, n’a pas pu empêcher certains fidèles d’entamer une manifestation dans la rue en lançant des slogans pro-palestiniens. Un important dispositif de sécurité a, en outre, été déployé autour de l’ambassade américaine où une autre manifestation a été convoquée sur les réseaux sociaux. A Tunis, après les manifestations organisées dans différentes villes du pays et un énorme rassemblement, jeudi, sur l’Avenue Bourguiba, l’UGTT a également décidé d’organiser hier, une marche contre la décision de Trump à travers les plus grands boulevards de la capitale tunisienne.

Marche arrière des USA ?

Par ailleurs, dans la ville américaine de Chicago, des manifestations ont été organisées hier, contre la décision du président Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et d’y transférer l’Ambassade de son pays, de Tel-Aviv. Des milliers de personnes ont participé à la manifestation qui a démarré depuis le centre de Chicago, et ont parcouru les rues principales, en brandissant le drapeau palestinien. Les manifestations ont scandé des slogans hostiles appelant les Etats-Unis et Israël à ne pas porter atteinte à la ville occupée de Jérusalem, et d’autres soulignant la nécessité du départ du président Trump et de son adjoint Mike Pence. La manifestation s’est arrêtée devant le consulat israélien à Chicago. Il faut noter que suite aux diverses réactions à travers le monde, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a déclaré hier que «Les Etats-Unis ne déménageront “probablement” pas leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem avant au moins deux ans». «Ce n’est pas quelque chose qui va arriver cette année ni même probablement l’année prochaine, mais le président (Donald Trump) veut que nous avancions de façon très concrète et très résolue», a-t-il ajouté à l’issue d’une rencontre avec son homologue français Jean-Yves Le Drian à Paris.

R. I.

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …