Home / Actualité / Après sa participation au sommet Union africaine-Union européenne: Ce que le Polisario attend de Macron

Après sa participation au sommet Union africaine-Union européenne: Ce que le Polisario attend de Macron

Le ministre des Affaires étrangères sahraoui, Mohamed Salem Ould Salek, est revenu, hier, à l’occasion d’une conférence de presse au siège de l’ambassade à Alger, sur la participation de son pays au 5e sommet Union africaine-Union européenne qui s’est tenu jeudi dernier à Abidjan (Côte d’Ivoire).

Il s’est félicité de cette participation «malgré le travail des lobbies et les fortes pressions exercées sur le pays hôte» afin d’exclure le Sahara occidental des travaux du sommet. «Le sommet d’Abidjan a prouvé que la République sahraouie est une réalité incontournable», a-t-il lancé d’emblée, considérant la présence du Président sahraoui et d’une délégation du pays à la rencontre comme une victoire diplomatique et une avancée de la cause sahraouie. Le conférencier n’a pas raté l’occasion de s’attaquer au Maroc qui refuse d’exécuter les résolutions onusiennes relatives au conflit et à la France qui bloque le processus d’organisation d’un référendum d’autodétermination. Le sommet d’Abidjan est une revanche, pour lui. «Le Maroc et la France ont eu la preuve que la République sahraouie, membre fondateur de l’Union africaine, ne peut être ignorée ou dépassée car c’est un pays africain authentique dont le drapeau qui a flotté dans la capitale ivoirienne a été arrosé par le sang des fils du peuple sahraoui attaché à son droit sacré à la liberté, à l’indépendance et à la souveraineté», a-t-il asséné.
Mohamed Salem Ould Salek estime que la participation du Sahara occidental au sommet Union africaine-Union européenne à côté du royaume marocain est un évènement important «qui a donné au rendez-vous une dimension historique, prouvant que la coopération et la paix passent impérativement par le respect de la légitimité internationale et de l’égalité entre les peuples et les nations».
«Oui, son excellence le Président Ibrahim Ghali a été face à face avec le roi du Maroc, Mohamed VI, le Président français Macron et le chef du gouvernement espagnol Rajoy dans la même salle afin d’examiner le même ordre du jour avec les Présidents et chefs de gouvernements africains et européens et de signer des décisions et recommandations relatives aux relations entre les deux continents et aux questions de développement, des jeunes, de l’immigration, de la sécurité et de la paix», a lancé, tout fier, le chef de la diplomatie sahraouie. Pour lui, la participation de son pays au sommet d’Abidjan est un échec du Maroc et de la France qui ont voulu exclure le Sahara occidental. «L’Union européenne a vaincu en s’éloignant des dictés de la France soutenant l’occupation», a-t-il affirmé, en mettant en avant le rôle positif de l’Union européenne. Le diploamate sahraoui souhaite une résolution définitive du conflit, affirmant attendre du nouveau Président de la France, Emmanuel Macron, une contribution en vue de réaliser la paix dans la région. «Macron appartient à la nouvelle génération. Parmi tous les anciens présidents français, il est le plus indiqué pour que la France cesse de soutenir le Maroc. Il peut être le Président qui changera la position de la France», a soutenu le conférencier. En même temps, M.Ould Salek a appelé le Maroc à respecter les frontières du pays héritées du colonialisme et reconnues par la communauté internationale. En tout état de cause, le conférencier soutient que «le sommet d’Abidjan a prouvé que la cohabitation entre la République sahraouie et le Royaume du Maroc est possible».«C’est un impératif incontournable», a-t-il affirmé.

Karim Aimeur

About Armadex

Check Also

Ahmed Taleb IbrahimiI à l’Armée : «Écoutez les propositions des élites et des sages»

Dans une lettre intitulée «A la jeunesse du Hirak, préservez la dynamique du changement», reprise …