Home / Culture / Arezki Himeur présente.. «Raconte moi Alger» La ville qui se meurt

Arezki Himeur présente.. «Raconte moi Alger» La ville qui se meurt

Alger la blanche, Alger dans ce passé de grandeur et ce présent de servitude est cette belle dame qui du haut de ses millénaires raconte sa saga colorée, son histoire mouvementée, ses populations à travers les âges, et son mode de vie .

«Raconte moi Alger» paru aux éditions ‘Anep’ est le tout dernier ouvrage d’Arezki Himeur qui, lors de sa communication de ce samedi à la librairie «L’arbre à dire» évoqua cette cité ancestrale avec ses insolites escales, ses hôtes de renom (karl Marx, Miguel de Cervantès), ses tunnels, ses abris, ses monuments et bâtisses architecturales. Cette communication se décline dans la beauté de son site naturel, de ses paysages, de ses avenues, de ses venelles et de ses quartiers pittoresques. «C’est parce qu’Alger est un musée à ciel ouvert que j’ai eu l’idée d’écrire ce livre», précise Arezki Himeur. Abderrahmane Khelifa archéologue et historien, modérateur de cette conférence a mis l’accent sur la sauvegarde et la restauration des édifices, et du patrimoine architecturale ancien comme les immeubles haussmanniens.

Une des plus belles villes du monde
Selon ce chercheur, ces derniers sont dans un état de délabrement et de dégradation avancée, ce qui peut dénaturer Alger. Cette Cité superbe, une des plus belles villes du monde avec sa majestueuse baie à sauvegarder. Les appels incessants de la société civile en direction des responsables sont restés lettre morte et une chape de plomb entoure le domaine du patrimoine architectural et archéologique. «Cette ville se meurt», selon Abderrahmane khelifa «à l’image de toutes les villes du pays», mais pour Himeur, elle demeure auguste et imposante au regard de tant de beauté et de lieux splendides. Selon M. khelifa «le plus bel hommage rendu à Alger est celui de João Mascarena en 1621 lors de sa visite». «J’ai visité tous les pays, mais je n’ai jamais vu de villes aussi belles qu’Alger», avait-il dit à son époque. Il est à noter que des visites guidées dans la ville et aux divers musées ont été suggérées lors de cette communication. Il y a lieu d’exhorter les connaissances de notre histoire à travers les programmes scolaires pour vivifier notre identité algérienne avec son melting-pot (phéniciens, romains, byzantins, etc).
C’est sur cette note optimiste et agréable qu’à pris fin cette intéressante communication avec une vente-dédicace de ce nouveau livre. Un bel ouvrage à lire pour faire une longue et conviviale escapade dans la grande Mahroussa. Notons que l’écrivain a d’autres ouvrages en cours dont un sur le jardin d’Essai, un autre sur les journaux de l’époque coloniale et sur la ville de Biskra. Tout un registre sur l’histoire et le patrimoine.
Kheira Attouche

About Armadex

Check Also

2e Colloque de la Palestine du roman arabe.. Amine Zaoui parmi les invités

Le romancier algérien Amine Zaoui sera parmi les invités, aux côtés d’une élite d’hommes de …