Home / Economie / Assurance habitation: Une activité ne dépassant pas les 10%

Assurance habitation: Une activité ne dépassant pas les 10%

L’assurance habitation en Algérie ne dépasse pas les 10%, a fait savoir le PDG de la Société nationale d’assurance (SAA), Nacer Sais, précisant que le prix de l’assurance habitation est symbolique, puisque, elle est comprise selon lui, entre 3.000 et 4.000 DA. Malgré cela, a-t-il ajouté, les citoyens n’assurent pas leurs habitations. Dans ce sens, le PDG de la SAA, qui s’est exprimé ce matin, sur les ondes de la radio chaîne1, a proposé à ce que les pouvoirs publics payent cette assurance à la place du citoyen, et ce dernier réglera son assurance par facilité. Ainsi, Selon Sais, cela permettra à l’Etat d’intervenir de façon anticipée, au lieu d’intervenir après les catastrophes naturelles, et de cette façon, il (l’Etat) assurera des gains importants et une gestion plus efficace des catastrophes naturelles, ce qui permettra aussi de revigorer ses ressources financières, et celles du marché des assurances en parallèle. Le même responsable a considéré que «le marché algérien des assurances est parmi les plus en retard en matière de soutien à l’économie nationale», et d’imputer la responsabilité à tous les partenaires, notamment les sociétés d’assurance qui ne jouent pas le rôle qui leur est assigné, particulièrement dans la sensibilisation des citoyens sur l’importance de l’assurance contre les risques liés aux catastrophes naturelles. Sais a pointé également l’absence de concurrence de la part des compagnies d’assurance, qui n’offrent pas de nouveaux produits de qualité, et leur absence dans l’instauration d’une culture de l’assurance, sans négliger le soutien de l’État et son intervention pour indemniser les citoyens, en cas de catastrophe naturelle, ce qui a contribué ainsi à l’échec de l’assurance. En outre, Sais a rappelé que l’arrêt des importations des véhicules a eu des répercussions sur le chiffre d’affaires des compagnies des assurances.

A. Mohamed

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …