Home / International / Attentat terroriste en Iran: Téhéran accuse Israël, l’Arabie saoudite et Washington

Attentat terroriste en Iran: Téhéran accuse Israël, l’Arabie saoudite et Washington

Le ministre iranien des Affaires étrangères a accusé Israël, l’Arabie saoudite et Washington, dans l’attentat terroriste commis contre un défilé militaire à Téhéran, et revendiqué par Daech.

Après que le ministre iranien des Affaires étrangères a évoqué la participation d’un pays étranger soutenu par Washington à l’organisation de l’attentat à Ahvaz, le Président Hassan Rohani a promis une riposte à «la moindre menace». Le Président iranien Hassan Rohani a promis hier une riposte de son pays après l’attaque contre un défilé militaire ayant fait 29 morts dans le sud-ouest de l’Iran. Daech ne peut pas lancer un attentat où il n’aurait pas profité de soutien, d’après lui. L’armée iranienne a annoncé que les auteurs de l’attaque commise samedi matin contre un défilé militaire à Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran, avaient été entraînés dans deux États arabes du Golfe. Pour l’Iran, c’est l’Arabie saoudite et les Emirats, pays menant une guerre contre le Yémen. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a pour sa part dit que l’attaque avait été commise par les agents d’un pays étranger. L’Iran tient les parrains régionaux du terrorisme et leurs maîtres américains pour responsables de ce genre d’attaques, a dit Mohammad Javad Zarif, promettant que l’Iran lancera une riposte rapidement et fermement. Quatre hommes ont ouvert le feu sur la foule en marge d’un défilé militaire qui se tenait hier à Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran. Au moins 29 personnes ont été tuées et 57 autres blessées. Ils ont tiré contre les militaires et les civils. Des femmes et des enfants sont parmi les victimes de l’attaque terroriste. Malgré la revendication de l’attentat terroriste par Daech, l’Iran accuse Israël, l’Arabie saoudite et Washington. C’est parce que Téhéran dit que les terroristes ont le soutien de ces pays. La Russie et l’Iran soutiennent Damas dans la lutte contre les terroristes. Damas accuse Washington et Israël de soutien aux terroristes. Peu de pays ont dénoncé, hier, l’attentat terroriste commis en Iran. En 2017, Daech revendique le premier attentat commis à Téhéran. Quatre terroristes armés de mitraillettes ont attaqué le Parlement iranien à Téhéran. L’un d’entre eux a fait exploser une ceinture explosive au moment de l’assaut des forces de l’ordre et les trois autres ont été tués par les policiers iraniens qui ont attaqué le Parlement. Il y a eu une attaque contre le mausolée de l’imam Khomeini qui se trouve dans la banlieue sud de la capitale. Elle était menée par trois terroristes. Ces agressions ont été revendiquées par Daech pour la première fois. Les agressions terroristes coincidaient avec le mois du Ramadhan. Hier, l’attentat a eu lieu alors que les musulmans, dont les Iraniens, procédaient à la fête de l’Achoura. L’Iran est engagé en Irak et en Syrie pour combattre Daech qui a déjà revendiqué des agressions terroristes en Iran près des frontières avec l’Irak et de l’Afghanistan et aussi contre al-Qaïda. L’Iran envoie des conseillers militaires en Irak et Syrie pour lutter contre les terroristes. Washington et israël ont réclamé le retrait de l’armée iranienne de la Syrie. Téhéran refuse et dit que la participation à la lutte contre Daech est légale puisque sollicité par le gouvernement de Damas. Téhéran, le Kremlin et Damas disent que la coalition dirigée par Washington en Syrie prétendant lutter contre Daech n’est pas légale puisqu’elle n’a pas obtenu une résolution de l’ONU et l’accord de Damas. Nombre de civils ont été tués par la coalition dirigée par Washington en Syrie et en Irak. Israel mène des frappes aériennes contre les militaires de Damas tandis que ceux-ci sont en accrochage avec les terroristes de Daech. Les terroristes ont, d’après Damas, le soutien de l’Arabie saoudite, d’Israël, de Washington et de la Turquie d’Erdogan. Le président turc est accusé par Damas de soutien aux terroristes de Djabhate El Nosra. L’accord conclu par le président Poutine et son homologue pour le gouvernorat d’Idlib est une preuve du soutien d’Erdogan aux djihadistes, d’après Damas. Le président Poutine, lui, est très clair dans sa politique de lutte contre les terroristes et a accepté l’accord avec Erdogan pour éviter que les civils du gouvernorat d’Idlib ne soient frappés dans une attaque que Damas et le Kremlin allaient lancer contre le gouvernorat d’Idlib. La Syrie, la Russie et l’iran sont des pays qui luttent réellement contre les terroristes de Djabhate El Nosra, Daech, Djeich El Islam et Ahrar El Cham.

Mounir Abi

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …