Home / Société & Region / Aucune norme urbanistique n’est respectée à tizi ouzou.. L’anarchie et ses conséquences

Aucune norme urbanistique n’est respectée à tizi ouzou.. L’anarchie et ses conséquences

Hormis certaines bâtisses réalisées dans les années 90 par l’OPGI et l’EPLF, il faut avouer que d’autres sont effectuées anarchiquement par des entrepreneurs «illégaux» sans avoir recours aux règles de construction.

La ville de Tizi-Ouzou ne dispose d’aucun schéma directeur d’aménagement urbain au niveau local. Pour cela, aucune norme urbanistique et de construction n’est respectée dans la ville des Genêts, notamment à la Nouvelle ville où les constructions sont faites d’une manière anarchique, ce qui se répercute négativement sur l’aspect architectural et urbanistique qui ornent des vues désolantes. C’est le constat «amer» qui a été constaté par la population qui lance son appel auprès des autorités locales pour procéder à la mise en place en urgence d’un plan urbanistique pour cette ville qui est devenue, ces dernières années, un réel «dortoir».
Hormis certaines bâtisses réalisées dans les années 90 par l’OPGI et l’EPLF, il faut avouer que d’autres sont effectuées anarchiquement par des entrepreneurs «illégaux» sans avoir recours aux règles de construction. Pis encore, les cités sont réalisées sans aires de jeux et d’espaces de loisirs et de détente qui permettront aux acquéreurs de se décompresser des soucis de la vie quotidienne.
«Nous vivons dans des cités dortoirs. Aucune norme n’a été respectée au détriment des acquéreurs qui ont injecté des sommes d’argent colossales pour l’acquisition d’un abri dans le centre-ville», déplore une habitante d’une cité sise au Boulevard Krim-Belkacem. Mais aussi, elle a déploré la facilité avec laquelle des bâtiments poussent (comme des champignons) dans ce nouveau boulevard sans veiller sur aucune règle ou condition de construction. C’est le même scénario qui est constaté au niveau de différents quartiers du chef-lieu, on cite : La Tour dans la Nouvelle Ville, la cité EPLF, la cité Bekkar, le lotissement Salhi, etc.
Devant une telle situation qui ne cesse de se dégrader d’une année à l’autre, la direction de l’Urbanisme et de la Construction (DUC) de la wilaya de Tizi-Ouzou a dégagé une enveloppe financière de 500 milliards de centimes pour la mise en place de 13 opérations d’aménagement urbanistique dont l’objectif est de répondre aux besoins de la population locale et de doter leurs quartiers avec des espaces verts et des trottoirs. Des opérations similaires seront menées au niveau des chefs-lieux et des pôles urbains des localités reculées de la wilaya, en l’occurrence à Azazga, Azeffoun, Tigzirt, Iferhounen, Draâ Ben-Khedda et Draâ El-Mizan. Cependant, 20 communes attendent leurs schémas urbanistiques et qui n’arrivent pas à voir le jour, en attendant la mise en place d’un schéma d’orientation commun à ces localités. A souligner que les responsables de la DUC affirment que cette situation anarchique est due essentiellement aux constructions illicites menées par les citoyens au milieu urbain.
En outre, et à défaut de l’absence de l’assiette foncière au niveau du chef-lieu de Tizi-Ouzou, les autorités locales ont décidé de recourir à la création non seulement de la Nouvelle Ville durant les années 90, mais aussi il a été décidé la création d’un nouveau pôle urbain de Oued Fali qui sera, dans les prochaines années, un pôle urbanistique par excellence. D’ailleurs, plusieurs projets portant la réalisation de logements toutes formes confondues ont été implantés dans ce site, qui contient aussi la réalisation des équipements secondaires pour éviter le spectre des cités dortoirs. Pour cela, il a été prévu la réalisation du nouvel hôpital dont sa concrétisation est gelée, suite à l’austérité financière qui bat de plein fouet le pays. D’ailleurs, c’est l’une des revendications de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) qui ont à maintes reprises sollicité le premier magistrat de la wilaya de veiller sur le respect des conditions urbanistique de ce nouveau site urbain.
Z. C. Hamri

Check Also

Dilapidation de deniers publics à la maternité de Sidi Bel-Abbès.. Le procès reporté

Le procès de dilapidation de denier public à la maternité de Sidi Bel-Abbès, qui devrait …