Home / Economie / Baisse du prix de la volaille sur le marché de gros.. La crainte d’une nouvelle pénurie

Baisse du prix de la volaille sur le marché de gros.. La crainte d’une nouvelle pénurie

L’Organisation algérienne de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement (APOCE), a fait part hier, de son inquiétude quant à la baisse des prix de la volaille sur le marché de gros, assurant que cette situation aura dans un avenir proche, une mauvaise répercussion sur le consommateur. Depuis quelque temps déjà, le prix du kilogramme de poulet vendu sur les marchés de gros ne fait que baisser. Variant entre 170 DA et 200 DA le kg, le prix de vente du poulet n’attire pas les éleveurs à petite échelle.
Car pour eux, entre leur nourriture, charges et entretien, le coût de revient de ce produit est plus important que le prix de vente. Sans aucune aide octroyée par l’Etat, ces petits éleveurs bataillent chaque jour pour survivre. Dénonçant cette situation, l’Apoce de Zebdi a signalé dans un communiqué, que toutes les difficultés que rencontrent ces éleveurs sur le marché, les poussent à arrêter leur activité. Aujourd’hui, le nombre des petits éleveurs de volaille à fortement baissé, au grand dam des consommateurs.
A ce sujet, l’APOCE a expliqué que cette situation engendrera, sur le moyen terme, une pénurie du poulet à travers tous les marchés locaux. Rappelant que cette catégorie d’éleveurs comble 50% de la demande du marché local, l’organisation des consommateurs a souligné l’augmentation de la consommation de ce produit lors de la saison d’été. «L’APOCE soutient cette catégorie d’éleveurs dans leurs revendications», lit-t-on, appelant, a cet effet, le ministère de l’agriculture de leur attribuer la carte d’éleveur, pour leur permettre d’avoir la nourriture de volaille à des prix raisonnables.
«Ainsi, pour elle, la baisse des prix de la nourriture de la volaille réduira systématiquement le coût revient, permettant aux éleveurs d’avoir une meilleure marge bénéficiaire. En garantissant à ces derniers un meilleur bénéfice, cette aide maintiendra l’équilibre du marché national de la volaille». Dans le même sillage, l’APOCE a appelé l’office national des viandes à intervenir rapidement pour régler la situation de ces petits éleveurs. Elle a appelé l’Office National Interprofessionnel des Légumes et des Viandes (ONILEV), d’acquérir les quantités de poulet excédentaires existantes sur le marché pour les contrôler.
Radia Choubane

About Letemps

Check Also

Limitation d’importation des kits CKD/SKD.. Le gouvernement ne sait plus sur quel pied danser

Même si les montants que chaque marque ne doit pas dépasser, n’ont pas été révélés, …