Home / Actualité / BEJAIA.. «On veut un Etat de droit»

BEJAIA.. «On veut un Etat de droit»

La communauté universitaire a observé hier, un rassemblement devant la Cour de Béjaïa, exigeant la libération des manifestants arrêtés à Alger le 21 juin dernier. Dérogeant à la règle qu’elle s’est fixée depuis le début du mouvement en organisant des marches tous les mardis, la communauté universitaire cette fois-ci, et devant l’escalade de l’arbitraire, a décidé d’organiser un sit-in devant le portail de la Cour de la ville. Les étudiants, professeurs et employés de l’université Abderrahmane Mira se sont dirigés directement au siège de cette instance judiciaire, en brandissant l’emblème berbère et le drapeau national.
De larges banderoles sur lesquelles ont pouvait lire : «libérez les détenus !» ont été déployés par les manifestants durant tout le parcours. Arrivés aux alentours de la Cour de Béjaïa, les étudiants ont scandé des mots d’ordre exigeant la libération des manifestants mis sous mandat de dépôt par le magistrat instructeur du tribunal de Sidi Mhamed. «Libérez les détenus !», slogan en vogue depuis ce fameux vendredi 21 juin, fusait des poitrines des manifestants visiblement très courroucés par la mise en exécution des menaces proférées par le vice-ministre de la Défense nationale à l’encontre de tout ceux qui brandiraient un drapeau autre que national.
Mais le choix du lieu du rassemblement est tout aussi symbolique, car la justice serait devenue aux yeux des manifestants un instrument entre les mains de l’administration qui en «abusent afin de briser la révolution» commente un étudiant. Les protestataires ont appelé à l’instauration d’un Etat de droit, seul garant d’une justice probe. «On veut un Etat de droit et non une justice de téléphone !», scandaient les manifestants, avant de se disperser dans le calme. Notons que c’est la deuxième action organisée cette semaine pour la libération des détenus arrêtés à Alger. Dimanche passé, de nombreux citoyens ont tenu un rassemblement devant le tribunal d’Akbou exigeant l’arrêt des poursuites contre les manifestants et la libération des détenus.
A. Arab

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …