Home / Algérie / BEJAIA: Une cité militaire indésirable

BEJAIA: Une cité militaire indésirable

La coordination des associations pour la protection du patrimoine a organisé, hier samedi, un sit-in au niveau du quartier les Oliviers afin de protester contre le projet de réalisation d’une cité militaire sur le site même.

Des acteurs politiques ainsi que des élus de l’APW et APC ont pris part à ce rassemblement en soutien aux militants associatifs à l’origine de cette action. Les manifestants considèrent que le projet constitue une atteinte caractérisée au site le plus riche de la ville en termes archéologiques. Ils affirment par ailleurs que le terrain appartenant aux domaines est un réservoir historique qui remonterait selon eux loin dans le temps. Lorsqu’on sait que l’antique Saldae fut un grand comptoir phénicien avant d’intéresser Rome, il y a lieu de deviner ce que peut contenir ce site comme vestiges historiques. «Nous allons saisir courant de la semaine prochaine toutes les parties en rapport avec ce projet de construction de cette cité militaire ainsi que le gouvernement pour leur demander l’arrêt des travaux sur ce site qui relève du patrimoine culturel de Béjaia» affirme Hocine Boumedjane, élu APW et néanmoins militant des droits de l’Homme, joint au téléphone. La coordination a d’ores et déjà saisi le wali afin de lui demander d’annuler la réalisation de cette cité sur le site. Pour rappel, l’entreprise en charge des travaux a déjà défriché les lieux et de nombreux arbres ont été arrachés et des pierres ayant vraisemblablement servi dans l’antiquité à l’édification d’habitations ou de dépendances. Il faut noter par ailleurs que tout le secteur boisé compris entre le quartier «Bridja» et les Oliviers, est très convoité en raison de sa situation sur les hauteurs de la ville dominant la ville. Ce qui n’était qu’un quartier résidentiel est devenu avec le grand boum immobilier des années 1990, cet ilot vert s’est urbanisé à une vitesse fulgurante, au grand regret des défenseurs de la nature. Les associations écologiques et les riverains ont eu déjà maille à partir avec certains auto-constructeurs et investisseurs dans le secteur de l’immobilier. S’ils ont obtenu l’annulation de certains projets, d’autres ont malheureusement abouti, à l’image de ce projet hôtelier qui montre hideusement ses tonnes de béton gris au milieu d’une luxuriante forêt, comme un affront aux nombreux défenseurs de la nature et à la nature elle-même.

A. Arab

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …