Home / Actualité / Bordj Bou Arreridj.. Appel à un dialogue avec l’élite

Bordj Bou Arreridj.. Appel à un dialogue avec l’élite

La chaleur torride qui a touché la wilaya de Bordj Bou Arreridj n’a pas empêché les habitants de sortir pour réclamer le départ du système politique même si l’affluence a baissé en intensité par rapport aux derniers vendredis. Mais la détermination des contestataires est restée la même comme le montre le parcours qu’ils ont effectué, la diversité de leurs actions et le nombre des slogans scandés. Ces contestataires qui se sont regroupés dans la place de Souk El Fellah, ont sillonné les principales artères du chef lieu de wilaya avant d’assister au tifo de la semaine. Durant la marche qui a été suivi par un cortège de voitures et de motos, les manifestants qui étaient représentés par toutes les catégories sociales ont crié leur désir de changement comme ils ont exprimé leur refus des élections. Ils ont manifesté leur attachement aux rapports cordiaux avec l’armée même s’ils ont appelé à un Etat civil.
Drapés pour beaucoup, de l’emblème national, les marcheurs ont insisté également sur l’unité nationale. Le caractère pacifique du mouvement de contestation a été rappelé par la même occasion. Aucun heurt avec les forces de l’ordre n’a été d’ailleurs enregistré. Notons que ce qu’ils appellent «palais du peuple» a fermé ses portes une nouvelle fois. La police a bloqué l’accès à l’immeuble dont les balcons ont été couverts de fils barbelés. Mais cette fois le tifo a été placardé quand même. Le dessin qui a repris l’essentiel des slogans scandés a changé cette fois de domiciliation.
Au lieu de la façade du fameux «palais du peuple», c’est la devanture d’un bâtiment situé à la cité Guerrouache qui a été choisie pour porter le tifo attendu du reste par les observateurs en plus des manifestants. Le dessin signé «les libres de Bordj» appelait à une période de transition que proposent plusieurs personnalités et organisations. Les concepteurs de l’affiche qui dénoncent toutes les divisions rappellent ce principe : «Notre force est dans notre union !» Tout en réclamant le départ des B, ils appellent à un Etat civil, avant d’exiger la libération des détenus politiques. Le tifo se termine par la nécessité d’un dialogue avec l’élite. Tout un programme.
H. N.

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …