Home / Culture / Boualem Bessaiah, dix ans avec le diplomate, d’Ibrahim Roumani: L’intellectuel vu par un proche

Boualem Bessaiah, dix ans avec le diplomate, d’Ibrahim Roumani: L’intellectuel vu par un proche

Paru aux éditions Anep, l’ouvrage Boualem Bessaiah, dix ans avec le diplomate, l’intellectuel et l’homme politique est plus un hommage qu’une biographie, écrit par le docteur, écrivain et responsable au ministère des affaires étrangères, Ibrahim Roumani.

En 300 pages, Ibrahim Roumani revient sur les dix années qu’il a passées presque jour pour jour avec son idole et mentor, Boualem Bessaiah. Une période marquée par de multiples rencontres, de déplacements, de décisions importantes mais surtout d’expériences et d’apprentissages qu’a cumulés Ibrahim Roumani aux côtés de Bessaiah. «10 années, cela peut paraître court mais sans compter sur Boualem Bessaiah qui a rendu très riche cette période de ma vie… Par ailleurs, je ne suis pas le biographe de Boualem Bessaiah, et mon livre n’est pas une biographie. Tout simplement parce qu’il est limité à la période de 10 ans durant laquelle j’ai connu Boualem Bessaih. Cet érudit a eu une vie tellement riche et remplie d’événements en tous genres qu’il m’est impossible de tout retranscrire…D’autant plus que je ne dispose pas de toutes les informations requises sur lui pour pouvoir en faire une biographie… Bessaiah était très peu loquace.
Il écoutait beaucoup, c’était un bon observateur qui n’aimé pas parler de lui…», écrit Roumani dans son livre.
Un livre qu’il a d’ailleurs composé en deux grands chapitres, à savoir l’étape où Bessaih était ambassadeur d’Algérie à Rabat (Maroc, de 2002 à 2005) et où Roumani était son assistant, et la partie où Bessaiah présidait le conseil constitutionnel (2006 à 2012). L’auteur évoque aussi comment Bessaih est devenu pour lui, au fil de ces dix années, un ami et un proche avant tout. «J’ai énormément appris à ses côtés, c’était une personne unique et très rare. Au-delà du diplomate et de l’homme politique qu’il était, c’était un intellectuel hors normes qui jouissait d’un immense potentiel littéraire …» écrit-il. Et bien que ce ne soit pas une biographie, Ibrahim Roumani revient partiellement sur l’enfant d’El Bayadh, né en 1930 et mort le 28 juillet 2016.

Un parcours exceptionnel

Il mentionne entre autres que cet ancien professeur et docteur es lettres et sciences humaines, de formation bilingue (arabe, français) avait durant la guerre de libération nationale, rejoint le maquis au début de 1957 en occupant d’importantes fonctions dans les rangs de la révolution armée ( il était un des adjoints de Boussouf). Il était aussi parmi les fondateurs des services secrets algériens (MALG) et dirigea à ce titre la section decontre-espionnage en assurant la mission de membre du secrétariat général du Conseil national de la Révolution algérienne de 1959 à 1962… En plus de l’homme politique, Roumani écrit aussi sur Bessaiah en tant qu’homme de lettres algérien, mais aussi sur le ministre d’État, conseiller spécial auprès du président de la République et représentant personnel du chef de l’État dans le gouvernement Sellal. «À l’indépendance, Bessaiah occupa les fonctions d’ambassadeur dans plusieurs capitales européennes et arabes (Berne, Vatican, Le Caire, Koweït City et Rabat). En 1971, il est nommé secrétaire général du ministère des Affaires étrangères.
En 1979, il entre au gouvernement et occupe plusieurs postes ministériels. Nommé successivement ministre de l’Information, ministre des Postes et Télécommunications, ministre de la Culture et enfin ministre des Affaires étrangères en 1988, il participe au sein de la tripartie Algérie-Maroc-Arabie saoudite décidée par le sommet arabe de Casablanca et ainsi aux efforts déployés pour aboutir à l’accord de Taef. En 1997, il est nommé membre du Conseil de la nation au titre du tiers présidentiel, puis élu président de la Commission des Affaires étrangères de ce Conseil.

Entre la politique et l’écriture

Après avoir occupé le poste d’ambassadeur à Rabat (Maroc), il est nommé président du Conseil constitutionnel en septembre 2005 par le président de la République, poste qu’il occupa jusqu’à mars 2012… Auteur de plusieurs ouvrages littéraires et historiques notamment sur l’Emir Abd El Kader, Bessaiah est aussi l’auteur du scénario du film historique L’épopée de cheikh Bouamama…
Son dernier ouvrage publié à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance, L’Algérie belle et rebelle, de Jugurtha à Novembre est préfacé par le président Abdelaziz Bouteflika.
Récemment, après son décès, le président de la république décide d’attribuer son nom à une grande institution culturelle algérienne, l’Opéra d’Alger, écrit Roumani. Ce dernier, docteur en littérature arabe moderne et contemporaine est aussi chercheur universitaire et cadre supérieur au ministère des affaires étrangères. Il est aussi auteur de plusieurs ouvrages sur la culture et la littérature arabes.

Sara Boualem

About Armadex

Check Also

Apprendre Tamazight.. Stage pour 70 nouveaux enseignants à Alger

Un stage de formation au profit de 70 nouveaux enseignants de la langue amazighe des …