Home / Actualité / Boumerdès.. La détermination des étudiants ne s’essouffle pas

Boumerdès.. La détermination des étudiants ne s’essouffle pas

Les étudiants de Boumerdès ont fait hier, preuve de détermination contre le système en place en sortant pour le douzième mardi et le deuxième depuis le début de Ramadhan. Ils étaient plusieurs centaines à marcher dans les rues de l’ex-Rocher noir pour dire «non aux élections présidentielles programmées pour le 4 juillet prochain». La procession humaine s’est ébranlée à partir de 10h30 juste depuis le point de rassemblement habituel, la faculté des sciences INIM.
Les marcheurs ont attendu l’arrivée des étudiants des autres facultés pour débuter cette marche sous un soleil de plomb et un ventre vide, mais une détermination beaucoup plus présente pour déloger les résidus de système en place rejeté par le mouvement populaire enclenché en février dernier.
Les manifestants, qui scandaient et déployaient des banderoles et pancartes anti-système en place, ont marché dans les principaux axes roturiers de la ville de Boumerdès.
Sur une banderole déployée par deux manifestants est écrit «Talaba UMBB Samidoun, Fi Ramadhan Hadiroun heta yeskout Enidham ! (*les étudiants de l’UMBB résistent, même durant le Ramadhan, ils seront présents jusqu’à la chute du système !)», «Bédoui, Bensalah, Gaid Salah dégagez !»,
«L’Algérie est nôtre, nous allons la protéger jusqu’à notre dernier souffle !» ; «pas d’élections Ya Lissaba !» ; «l’Algérie sera meilleure sans vous, dégagez !» ; «On ne peut pas bâtir un pays démocrate en trois mois, car vous l’avez détruit durant ces vingt dernières années».
Des enseignants se sont joints même à la manif pour épauler leurs étudiants. Et de même, pour plusieurs citoyens et passants qui ont profité de l’occasion pour exprimer leur rejet du système en place et fustiger les élections de 04 juillet prochain, organisées, selon eux, par la mafia. Les manifestants ont observé un sit-in devant le siège de la Cour de justice où ils se sont mis à même le sol pour exprimer le caractère pacifique de leur action contre le système en place.
Lors de ce rassemblement, les manifestants ont appelé à l’instauration d’un Etat de droit avec une justice indépendante loin de toute instrumentalisation.
D’ailleurs, ils ont dénoncé son instrumentalisation par les arrestations successives de personnalités, ces derniers jours, sans être jugées. «Nous sommes convaincus que ce sont des règlements de comptes entre les clans au pouvoir qui s’entre-déchirent depuis plusieurs années.
Ces arrestations n’ont aucune liaison avec nos revendications, d’essence populaires issues des marches historiques enclenchées depuis février dernier», nous dira un étudiant qui commentait le rouleau compresseur de la justice déployé à l’encontre des personnalités politiques et du monde économique.
Z. Mohamed

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …