Home / Economie / Bourse: Le sucre baisse et les cafés divergent

Bourse: Le sucre baisse et les cafés divergent

Le cacao a reculé, après avoir grimpé sur les dernières semaines, tandis que le sucre reste pénalisé par les prix bas du pétrole, et que les cafés arabica et robusta ont connu des destins opposés. Le cacao a atteint son plus haut depuis 5 mois et demi, d’abord lundi à New York à 2.491 dollars, puis jeudi à Londres à 1.773 livres sterling. «Les prix ont profité en décembre de craintes sur l’offre, ce qui a confirmé la place du cacao comme l’une des matières premières ayant le mieux performé en 2018», ont commenté les analystes de Capital Economics. «La demande est très forte, et après plusieurs années de prix bas, le manque d’investissements des fermiers laissent les arbres dans un état déplorable, donc la météo favorable n’élimine pas les risques sur la récolte», a détaillé Shawn Hackett, analyste indépendant. Mais les prix ont nettement reculé. «Il semblerait que le mouvement de hausse s’essouffle», a résumé Jack Scoville, analyste chez Price Futures Group, qui rappelle que «pour l’instant, la récolte s’annonce abondante». Par ailleurs, les cours du sucre ont plongé jeudi à leur plus bas en 3 mois, à 323,60 dollars la tonne de sucre blanc à Londres, et à 11,69 cents la livre de sucre brut à New York. «Depuis le mois de décembre, le marché du sucre suit le mouvement de celui de l’énergie», a commenté Nick Penney, courtier chez Sucden. Au Brésil, premier producteur mondial, la canne à sucre sert également à concevoir de l’éthanol. La dégringolade récente des prix du pétrole brut rend ce carburant alternatif moins attractif, et il y a plus de cannes disponibles pour produire du sucre. A l’inverse, le bond des cours de l’or noir vendredi a entraîné le sucre dans son sillage. Les cours du robusta ont augmenté, tandis que ceux de l’arabica n’ont pas connu de direction forte sur la semaine. «Les prix du robusta sont plus en forme que ceux de l’arabica, puisqu’il n’y a pas grand chose à acheter au Vietnam», premier producteur mondial de robusta, a commenté Jack Scoville, analyste chez Price Futures Group. A l’inverse, la récolte d’arabica au Brésil, premier producteur de ce type de café, s’annonce abondante.

R. E.

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …