Home / Sports / Boxe: Entre élections et sanctions, la FAB dans la tourmente

Boxe: Entre élections et sanctions, la FAB dans la tourmente

La discipline risque de reculer, voire, exclue des autres grandes compétitions.

Le noble art Algérien aura bientôt son nouveau président ainsi que son bureau, ce n’est qu’une question de temps. Son assemblée élective était prévue pour le 29 du mois en cours puis reportée à une date ultérieure. Mais avant cela et après avoir annoncé que l’instance suprême de la boxe amateur (AIBA) avait sévi en direction du noble art algérien, ne souhaitant guère reconnaître l’actuel bureau, ni même son prochain président, interdisant au passage, qu’il y ait une nouvelle assemblée élective. L’inverse s’est produit puisque cette même instance cherche l’inverse, cela dit, des élections en bonne et due forme.
Cette situation n’a fait que ralentir l’élan entrepris par les responsables de la boxe algérienne. Il faut dire que l’instance suprême de la boxe amateur traverse des moments forts de son histoire puisqu’au lendemain des Jeux Olympiques, des polémiques arbitrales se sont succédées. Des appels après des combats truqués… sans surprises. «Plusieurs décisions vont souvent à l’encontre du vainqueur», s’écrient des responsables de plusieurs nations. Au-delà de la déception, cette affaire a relancé les critiques sur la boxe amateur aux Jeux olympiques.
Cela dit, l’eau n’arrête plus de couler sur le noble art, il semble qu’à chaque édition, des scandales se multiplient.
Entre petites magouilles, arrangements politiques et corruption avérée, cette pratique semble ne jamais s’en sortir. Les juges donnent généralement avantage en faveur du boxeur défait, lequel, décroche donc le plus souvent la victoire. Pour cela, le CIO vient d’annoncer qu’il gèlerait momentanément la compétition de boxe des JO 2020, en raison d’affaires extra-sportives. Une enquête a été ouverte et une décision sera, donc, rendue plus tard concernant un retrait ou non du programme des Jeux de Tokyo.

«La FAB continuera de se conformer aux règles de la FIBA»

Pour les acteurs de la boxe nationale, «une assemblée générale élective doit se tenir, puisqu’une commission de candidatures a été installée». En revanche et sur la question de la sanction du CIO en direction de la FIBA, l’actuel président de la structure fédérale Abdeslam Draâ, estime que rien de tout cela n’a été filtré. Le CIO n’a point infligé de sanctions envers la FIBA et que la fédération algérienne de boxe continuera de se conformer aux règles de l’instance internationale (FIBA). «Je ne suis guère au courant de cette sanction, certes, le CIO vient d’annoncer qu’il gèlerait momentanément la compétition de boxe jusqu’aux JO de 2020, mais point de sanction. Cela dit, la FIBA continuera de gérer son instance comme prévu et que nous sommes prêts à nous conformer à ses règles».
Sur les prochaines élections de la structure fédérale nationale, l’actuel président estime que la FAB suit attentivement les décisions de la FIBA, «Nous sommes contraints de suivre attentivement les décisions de la FIBA, même si celle-ci traverse des moments forts de son histoire en termes de règlements techniques notamment. Aujourd’hui l’on s’achemine droit vers une assemblée générale élective, nous sommes quatre pour l’instant qui ont reçu la déclaration d’éligibilité de la tutelle. Il sera donc question de Nacer Erouane, Abdessalem Draa, Athmane Lazizi et le retour d’un certain Abdellah Bessalem». S’agissant de la date des élections, Abdeslam Draâ rétorque, «Elle est normalement prévue pour la mi-janvier, elle était prévue pour le 29 décembre courant».

Et si le risque persiste ?

Il y a lieu également de noter que la commission de candidature avait annoncé la liste officielle des postulants pour la prochaine assemblée générale élective. Aujourd’hui et au train où vont les choses, le risque de voir une assemblée générale élective étriquée est grand, celle-ci devra accoucher d’un bureau et d’un système lequel poussera aussi à remettre les pendules à l’heure vis-à-vis des responsables des instances internationales.
Pour quel résultat si l’instance Internationale Olympique continuera toujours à vouloir geler les compétitions de boxe jusqu’en 2020, alors que l’objectif assigné par l’ensemble des nations huppées dans ce domaine, serait de participer aux JO.
Comment prendre part aux JO, sans même une préparation adéquate et de la dimension de la compétition au programme du CIO, une dèche provoquée par l’instance Olympique internationale qui voit son lot de conséquences arrivé. Cela dit, la discipline risque de reculer, voire, exclue des autres grandes compétitions, à l’image des mondiaux, Jeux continentaux ou mondiaux, un énorme gâchis pour les athlètes, lequel, et à coups sûr, se répercutera sur leur devenir. En tout état de cause, le gel de sanction du CIO ainsi que les prochaines élections de la fédération algérienne de boxe devront sauf surprise, sauver la mise d’une pratique sportive dans la tourmente.

Ahmed Chébaraka

About Armadex

Check Also

Angleterre.. Arsenal veut profiter de l’aubaine Brahimi

Yacine Brahimi n’est officiellement plus un joueur de Porto. Le milieu offensif algérien a vu …