Home / L'edito / Ça y est, première offensive hivernale…

Ça y est, première offensive hivernale…

Plusieurs wilayas du centre et de l’est du pays ont eu des sueurs froides, en ce dernier week-end glacé. Pas trop de dégâts, touchons du bois et lisons dans les premiers flocons de neige. Etrange saison, non ? L’hiver figure sur tous les calendriers. Il a son climat, en principe prévisible. C’est la science qui le dit. Elle précise même que ce qui est absolument probable, c’est que le climat n’est pas prévisible, pas plus qu’il n’est réglé. Entre prévision et réglage, essayons d’accrocher la raison au wagon des saisons…
En conséquence, il ne peut y avoir de dérèglement climatique puisqu’il n’y a pas de règlement prévu pour. A l’inverse, une montre ou une automobile peuvent se dérégler puisque produites pour fonctionner de manière réglée. Compliqué, l’imbroglio ? Comme quand on semble, à chaque année, redécouvrir la pluie et la neige pour la première fois. Étonnante amnésie, avec d’inquiétantes conséquences. Ainsi, Météo Algérie multipliera ses BMS en annonçant vents, pluies et neiges en abondance. Et même si elle le fait dans l’à-peu-près, elle est dans la prévision. Tant pis si les routes bloquées feront que beaucoup de gens resteront chez eux ou chez les autres. Cette année, ça y est, on a vécu l’offensive hivernale. Mais comment interpréter cette offensive ? Sommes-nous attaqués par le froid intense ou par la neige ? Ou alors est-on offensés par le climat ? On n’en sait rien. Une chose est certaine, par contre, c’est que la «douloureuse» de Sonelgaz sera lourdement impactée. Et, comme chaque année, c’est la Protection civile qui est en mode «veille», sur le qui- vive. L’Armée, elle aussi, est mise à contribution pour désenclaver les régions touchées par le froid. Forcément, le scénario va probablement se répéter, au fil des semaines et des mois à venir. C’est même incontestable parce que le climat évolue dans ce sens. Ce qui est non-sens, ça sera d’entendre l’exaspérante même rengaine de la part des premiers responsables locaux : «La vague de froid est plus intense que prévu». On se demande bien d’ailleurs ce qu’ils arrivent à prévoir… Tout le monde attend le dernier moment pour prendre les précautions d’usage et anticiper l’hiver, ses intempéries et ses vagues de froid. Aux actualités, l’affolement de certains en devient risible et l’agacement des autres plutôt énervant. Pourtant, l’expérience d’hivers terribles a laissé des traces indélébiles. Crues, éboulements, inondations, asphyxies au monoxyde de carbone, paralysie des routes et aéroports etc. ne se comptent plus. En fait, on se trouve confronté aux mêmes problèmes parce que des autorités locales ont été dépassées par l’arrivée de l’hiver. Apparemment, et vu que ça nous tombe du ciel, personne n’y peut rien. Est-ce à dire que tout est chamboulé, au point de ne plus savoir répondre aux impondérables ? Quand ça s’inscrit dans l’ordre naturel des choses, avec en plus un caractère bêtement saisonnier, on voit mal comment on peut se dédouaner. Ça patine aussi aisément dans la langue de bois que dans la neige fraîche, mais reste qu’à chaque épisode fortement pluvieux ou neigeux, c’est le même topo. D’ailleurs, il n’est qu’à voir tous les messages cotonneux sur les réseaux sociaux pour déchiffrer le panneau. «On se réjouit de voir les premiers flocons de neige mais, attention à ceci, à cela…», a-t-on pu lire. Inénarrable hiver qui n’arrive plus à réjouir, à prédire la fertilité, sans alarmer…

M. N.

About Armadex

Check Also

Presse indépendante, dites-vous ?

Me Ali Yahia Abdennour disait un jour : «Quand je défends les droits de l’Homme, …