Home / Economie / Céréaliculture à Ouargla.. Une filière stratégique

Céréaliculture à Ouargla.. Une filière stratégique

Des résultats jugés «encourageants», avec un «bon» rendement, ont été enregistrés par soixante huit (68) agriculteurs, activant à travers les cinq pôles de la céréaliculture qui se répartissent sur le territoire des communes de Ouargla, Sidi Khouiled, N’goussa, El-Hadjira et Hassi Messaoud, a-t-on signalé.

La céréaliculture, une filière agricole stratégique, présente des perspectives économiques «prometteuses» dans la wilaya de Ouargla, vus les succès encourageants enregistrés au fil de ces dernières années, par de nombreux professionnels ayant relevé le défi. Cette wilaya, dont la culture du palmier dattier reste toujours la principale filière agricole, dispose d’importantes ressources hydriques et d’immenses étendues de terres, susceptibles de donner un nouvel essor à l’agriculture en général et à la céréaliculture sous pivots en particulier, permettant d’obtenir un produit de bonne qualité, qui pourra répondre aux besoins du marché national, ont estimé des cadres locaux du secteur de l’agriculture. Des résultats jugés «encourageants», avec un «bon» rendement, ont été enregistrés par soixante huit (68) agriculteurs, activant à travers les cinq pôles de la céréaliculture qui se répartissent sur le territoire des communes de Ouargla, Sidi Khouiled, N’goussa, El-Hadjira et Hassi Messaoud, a-t-on signalé. Totalisant actuellement 142 pivots, la superficie dédiée à la céréaliculture n’a pas cessé de s’intensifier d’une année à l’autre à Ouargla, où la production céréalière, toutes variétés confondues, est en hausse, à affirmé le directeur des services agricoles (DSA) de la wilaya, Salim Benzaoui. Celle-ci est passée de 131 hectares en 2004, avec une production de 4.326 quintaux de céréales, à 3.010 hectares en 2019, avec une production prévisionnelle de 100.000 quintaux au titre de l’actuelle saison agricole (2018-2019), selon ce responsable. Cette récolte, prévue au terme de la campagne moisson battage, dont le coup d’envoi a été donné récemment par les autorités de la wilaya, au niveau d’une exploitation agricole à N’goussa, est constituée de céréales de consommation, alors qu’un volume de production de 80 % est destiné aux semences, a précisé M. Benzaoui. Elle se repartit entre 80.000 quintaux de blé dur sur une superficie emblavée de 2.229 ha, 12.400 quintaux de blé tendre (355 ha), et 10.000 quintaux d’orge (299 ha), avec un rendement moyen estimé à 35 quintaux à l’hectare, a-t-il expliqué. D’importants moyens humains et logistiques (tracteurs, moissonneuses-batteuses et véhicules de transport de divers tonnages) sont mobilisés pour la collecte et le transport de la moisson, vers les lieux de stockage assurés par l’antenne locale de la Coopérative des céréales et légumes secs (CCLS), a-t-il ajouté. M. Benzaoui a mis l’accent, en outre, sur la nécessité de renforcer les capacités de stockage des céréales, engrais et semences, ainsi que sur l’ouverture d’une annexe à Ouargla de l’Institut technique des grandes cultures (IGTS), pour accompagner le développement de cette filière stratégique, qui entre dans la politique agricole visant à garantir l’autosuffisance, et de répondre aux besoins des marchés en produits alimentaires de grande consommation. Les variétés avec lesquelles les meilleurs rendements sont obtenus durant ses dernières années sont «Vitro», «Simeto», «Mixicali» et «Carioca» pour le blé dur, «Anza» et «HD» pour le blé tendre, ainsi que «Saida» et «Tichedrette», selon les données de l’antenne locale de la CCLS. Ces variétés de semences atteignent généralement un rendement moyen oscillant entre 30 et 45 quintaux à l’hectare, avec des pics allant parfois jusqu’à 75 quintaux/ha, signale-t-on. La CCLS a introduit cette saison, une nouvelle variété à haut rendement de blé tendre, dénommé «Maouna», pour augmenter la productivité de blé tendre, très demandé sur les marchés nationaux, a fait savoir Yacine Khouider, agronome à la CCLS de Ouargla. Des démarches ont été déjà entreprises pour réaliser deux hangars à Ouargla (60.000 qx) et à Touggourt (80.000 qx), au titre d’un programme de développement initié par l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), a-t-il encore fait savoir. Cette opération, dont les procédures administratives sont en cours d’exécution, permettra de diminuer le déficit enregistré en matière de manque d’espaces appropriés pour le stockage dans la wilaya. Sur les 100.000 quintaux de céréales attendus cette saison, une quantité de semences avoisinant les 45.000 quintaux, sera acheminée vers les CCLS de Batna, Ain M’lila et Oum El-Bouagui pour emmagasinage, étant donné que la wilaya est toujours en quête d’une unité de traitement de semences.
Synthèse R. E.

About Letemps

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …