Home / Actualité / Cessibilité des logements publics: La commission des finances introduit un article

Cessibilité des logements publics: La commission des finances introduit un article

Pour expliquer la disposition relative à la cessibilité des logements publics par leurs bénéficiaires, la commission des Finances de l’Assemblée populaire nationale (APN) a introduit l’article 35 Bis dans le Projet de loi de finances (PLF) 2019 stipulant la révision de l’article 57 portant loi de finances 2008 modifiant et complétant l’article 91 de la loi de finances 2018.

Lors d’une séance plénière à l’APN, des amendements et précisions ont été apportés par la commission des finances et du budget pour enrichir les dispositions du PLF 2019. Il s’agit de l’introduction du nouvel article 35 Bis pour expliquer la disposition relative à la cessibilité des logements par les bénéficiaires, deux ans après l’établissement de leurs contrats, à l’exception du transfert de la propriété pour décès et des types de logements financés par l’Etat ou ceux ayant bénéficié d’une aide de l’Etat pour l’acquisition de la propriété.
Il s’agit, donc, des logements sociaux participatifs (LSP), appelés actuellement Logements promotionnels aidés (LPA), des Logements locatifs publics (LLP) et des logements de type location-vente. Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya a présenté, hier devant l’Assemblée, le PLF 2019 lors d’une plénière.
Le projet de loi prévoit une croissance de 2,9% pour l’exercice 2019 contre une croissance hors hydrocarbure de 3,2%. Il a été élaboré sur la base d’un prix référentiel de 50 dollars (USD)/baril de pétrole algérien Sahara Blend et sur la base du prix du marché à 60 Usd.
Pour ce qui est du prix de change du dinar algérien, il devrait se situer autour de 118 dinars/dollar, prix moyen annuel pour la période 2019-2021 avec une inflation de 4,5% en 2019 et 3,9% en 2020 et 3,5% en 2021. Devant des prévisions faisant état d’un recul des exportations des hydrocarbures de 1% en termes de volume pour s’établir à 33,2 milliards USD en 2019, il est prévu une croissance hors hydrocarbures en termes de volume, grâce à la contribution des secteurs du bâtiment et des travaux publics à hauteur de 4,7%, l’industrie (5%), l’agriculture (3,7%) et les services marchands et non-marchands (1,8%).
A moyen terme, la croissance économique augmentera à 3,4% en 2020 et 3,2% en 2021 avec une moyenne de croissance hors hydrocarbures de 3,1% en 2020-2021, selon les prévisions du PLF.
Le projet de loi prévoit également une hausse du volume d’exportations des hydrocarbures de 4,2% en 2020 avec des recettes estimées à 34,5 milliards USD et de 2% en 2021 avec 35,2 milliards USD de recettes.

A. Mohamed

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …