Home / Culture / C’est un des pionniers de la chanson moderne algérienne: A quand un hommage à Mahieddine Bentir ?

C’est un des pionniers de la chanson moderne algérienne: A quand un hommage à Mahieddine Bentir ?

Les jeunes de 20 ans ne le connaissent pas car les chaînes de télévision et de radio ne diffusent pas ses chansons. Mahieddine Bentir est pourtant le pionnier de la chanson Pop algérienne. L’artiste n’a jamais reçu l’hommage qu’il mérite et pourtant…

A 84 ans, Mahieddine Bentir, devrait être ce qu’est Brel, Aznavour ou Macias pour les français ou Mick Jagger pour les anglais. Bien qu’il fut parmi nos plus grands chanteurs dans les années 1960, Mahieddine qui vit entre Alger et Paris, n’ a jamais cessé de chanter et danser mais n’a que très rarement été invité en Algérie pour des hommages organisés par ses amis ou quelques amateurs d’art. Le dernier de ces hommages lui a été rendu à El Biar en janvier dernier par l’agence de communication Hannibal Algérie 360. Le patron de cette agence, M. Abdelmadjid Benhamouda, qui venait de découvrir ce grand artiste, a décidé de lui rendre un hommage à sa hauteur en commençant par le tournage d’un long métrage intitulé «Casbah Story».

Sport et musique

Artiste complet et ancien sportif, Mahieddine Bentir, qui a gardé sa forme, a plusieurs cordes à son arc. Après s’être fait connaître comme champion de course sous les couleurs du club d’athlétisme du Widad Belcourt, il continuera plus tard, notamment par sa carrière de chanteur, artiste-peintre et sculpteur. Le grand chanteur dont on ne voit que quelques anciens enregistrements, notamment Scooter diffusés à travers le Youtube car jamais invité par les chaînes de télévision, est le pionnier des chanteurs Rock en Algérie.
En 1966, il se classait 2e à l’Eurovision à Barcelone avec sa chanson «Ya Lbakia» (paroles Mahboub Stambouli, musique Bentir) et toute la presse de l’époque déclarait qu’il méritait le grand prix et qu’il a été déclassé car c’était un Arabe. Bentir a été découvert au milieu des années 1950 lors de la préparation d’une émission consacrée à Serge Gainsbourg au moment où il fredonnait une chanson alors qu’il était décorateur. Le jeune dessinateur, peintre et sculpteur entamera ainsi une grand carrière de chanteur. Sur scène, il bougeait, dansait, virevoltait comme un papillon et faisait même des cabrioles. Il devenait ainsi le premier Rocker algérien. Il a chanté en arabe et en français et ses plus grands succès étaient «Cha cha cha», «Ya Lbakia», «Donne moi mille balles» et «Scooter».

Il a chanté pour la Palestine

A notre connaissance, cet artiste complet qui avait dessiné le premier logo de la RTA avec Brahim Azzouz (le premier animateur Météo après l’indépendance), n’a jamais été invité à donner un concert lors des différentes manifestations culturelles en Algérie alors qu’il a participé à plusieurs festivals en Europe. D’ailleurs, Bentir a enregistré des chansons dans plusieurs langues dont l’espagniol et l’italien.
Il s’est présenté lui-même pour rendre hommage à des artistes mais les structures officielles, notamment le ministère de la culture ne lui ont jamais rendu hommage. Ces dernières années, Bentir a enregistré quelques CD où l’on trouve au moins une chanson dédiée à la Palestine.
Aux dernières nouvelles, Mahieddine Bentir – qui est toujours resté lié à l’Algérie – aurait terminé l’écriture d’un ou ouvrage lié à sa vie artistique qui est très riche. L’artiste pourrait y raconter son parcours à la RTA, mais aussi ses nombreux concerts en Algérie et en Europe. Il est temps qu’on se rattrape pour rendre homme à Bentir. L’opéra d’Alger pourrait bien organiser un tel événement. Rendre hommage à un tel artiste et le faire connaître est un devoir.

Bari Stambouli

Check Also

2e Colloque de la Palestine du roman arabe.. Amine Zaoui parmi les invités

Le romancier algérien Amine Zaoui sera parmi les invités, aux côtés d’une élite d’hommes de …