Home / Sports / Chantiers de la CAN 2019: Les ouvriers se révoltent

Chantiers de la CAN 2019: Les ouvriers se révoltent

Des mouvements d’humeur à répétition sont enregistrés sur les chantiers de la Coupe d’Afrique des Nations de football que doit abriter le Cameroun en 2019. Le plus récent a concerné certains ouvriers des chantiers de la ville de Garoua dans le nord du Cameroun. Principale revendication, des arriérés de salaire qui varient, selon les grévistes, entre quatre et six mois. Il s’agit du troisième mouvement d’humeur enregistré depuis le début de l’année sur l’ensemble des chantiers de la Can 2019. Pendant deux jours, près de 800 ouvriers engagés sur les chantiers de la Can 2019 par la société Prime Potomac ont manifesté leur mécontentement à Garoua dans le nord du Cameroun.Pancartes en main, ils ont en plus effectué une marche de protestation vers les services du gouverneur de la région du Nord, dont Garoua est le chef-lieu. Malgré la présence des forces de sécurité déployées pour contenir les grévistes, ceux-ci ne décolèrent point. «Quelqu’un travaille 6 mois sans salaire, comment vais-je vivre?», s’interroge un l’un des ouvriers. Prime Potomac Cameroun, la société qui les emploie, s’est vue octroyer 6 marchés pour un coût total de 26 milliards de francs cfa. Cette société doit livrer à l’Etat du Cameroun, quatre terrains d’entraînements, réhabiliter un hôtel et en construire un autre, de quatre étoiles, d’une capacité de 130 chambres. Les grévistes pensent que la société ne reçoit plus les paiements de l’Etat, ses comptes ayant été bloqués. D’où, le malaise que vit les ouvriers grévistes. «Nous recevons bel et bien l’argent de l’Etat, mais la procédure veut que ça soit déposé dans les décomptes, qu’ils soient signés à temps et conduits jusqu’au paiement», a expliqué à VOA Afrique, M. Edibi Nkolo, directeur général de la société Prime Potomac Cameroun, rencontré à Yaoundé. Selon un communiqué publié le 05 juillet, Prime Potomac avait décidé «de libérer une deuxième vague de 800 ouvriers, dont la date de fin d’emploi était prévue pour le 30 Juin dernier. Malheureusement, pour des raisons indépendantes de notre volonté, ces ouvriers n’ont pas pu être libérés, faute de moyens», a écrit Ben Modo, président directeur général de Prime Potomac Solutions. VOA Afrique a en outre appris que, 3.000 ouvriers sur les 4.500 que comptait Prime Potomac sur ses différents chantiers à Garoua, ont été déclarés en cessation d’activités.

Grèves à répétition

En fin juin dernier, certains ouvriers du chantier du stade qui devra abriter le match d’ouverture de la CAN à Olembe, en banlieue de Yaoundé, ont observé deux jours de cessation d’activités. Ils ont réclamé de meilleures conditions de travail et de vie, les primes, le reclassement du personnel entre autres. Situation similaire en début d’année 2018, sur le chantier du stade de Japoma, situé non loin de Douala. «Il y a des sociétés qui font de la sous-traitance avec les employés sur les chantiers de la CAN. Il y a un désordre dans ce secteur, même le ministère du travail n’arrive pas à avoir la maîtrise de ces sous-traitance», regrette Célestin Bama, de la Centrale syndicale des travailleurs du Cameroun, (CSTC). La troisième mission d’inspection de la CAF est attendue au Cameroun dans de prochains jours. Le cabinet d’audit Roland Berger est annoncé au Cameroun. Ce cabinet viendra jauger les infrastructures du Cameroun pour la CAN. La ville de Garoua est l’une des étapes de cette descente sur le terrain. «Les différents chantiers évoluent, comme toute entreprise, il peut y avoir de petites difficultés à l’origine de récents malentendus. Les travaux se poursuivent sur tous les chantiers à Garoua», a déclaré, Jean Abaté, gouverneur de la région du Nord. Pour se rendre compte du niveau d’exécution des travaux de la CAN, le premier ministre du Cameroun effectue une visite de différents chantiers cette semaine. En prélude à cette inspection de la CAF, le ministre des Sports et de l’Education physique a tenu une réunion jeudi avec les responsables des entreprises en charge des chantiers de la Can 2019. Les huit entreprises et les six bureaux d’étude concernés par les chantiers de construction et de réhabilitation des stades pour la Can 2019 se sont réunis jeudi autour du ministre des Sports et de l’Education physique, Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt. La troisième mission de la Caf devrait se tenir du 04 au 10 août prochain, après un premier report en juin dernier. Elle vient s’enquérir des progrès enregistrés sur les sites des différents chantiers, contrairement aux deux premières missions qui portaient principalement sur un audit des infrastructures existantes. Jusqu’ici les rapports des experts n’ont pas plaidé en la faveur du Cameroun. De nombreux retard ont été notés dans l’exécution des travaux.

Check Also

Angleterre.. Arsenal veut profiter de l’aubaine Brahimi

Yacine Brahimi n’est officiellement plus un joueur de Porto. Le milieu offensif algérien a vu …