Home / International / Comme contre l’Irak en 2003.. Washington veut envoyer 120 000 soldats contre l’Iran

Comme contre l’Irak en 2003.. Washington veut envoyer 120 000 soldats contre l’Iran

Certains fonctionnaires craignent l’ampleur du projet, soulignant que ce nombre de militaires équivaut à celui de l’intervention en Irak en 2003.

Washington est résolu à lancer la guerre contre l’Iran et refuser tous les droits aux palestiniens, au bénéfice d’Israël. Le président américain prépare l’envoie de 120 000 soldats. «Les États-Unis ont révisé le plan militaire contre l’Iran qui prévoit désormais, d’envoyer au Proche-Orient 120 000 soldats», selon le New York Times. Certains fonctionnaires craignent l’ampleur du projet, soulignant que ce nombre de militaires équivaut à celui de l’intervention en Irak en 2003. Lors d’une réunion des hauts responsables de la sécurité nationale du Président Trump jeudi dernier, le secrétaire par intérim Patrick Shanahan a présenté un plan militaire révisé prévoyant l’envoi de 120 000 soldats au Proche-Orient si l’Iran attaquait les forces américaines ou accélérait le travail sur les armes nucléaires, ont déclaré des responsables de l’administration cités par le New York Times.
Certains militaires mis au courant ont été «choqués» par ce nombre, qui s’élève à celui des militaires envoyés pour l’intervention en Irak en 2003. Cependant, le journal souligne que le plan ne prévoit pas une invasion terrestre de l’Iran, une option qui aurait nécessité beaucoup plus de troupes. Il est toutefois noté qu’il est très incertain que Donald Trump, qui a cherché à dégager les États-Unis de l’Afghanistan et de la Syrie, renverra finalement autant de forces armées au Moyen-Orient. «Il n’est pas non plus certain qu’il soit au courant du nombre de soldats évoqué dans le plan», toujours selon la le New York Times. Le président américain, qui mène une politique hostile à l’Iran et aux palestiniens, souhaite lancer une guerre contre Téhéran, au bénéfice d’Israël. Le Pentagone a annoncé l’envoi au Proche-Orient d’un navire de guerre transportant des véhicules, notamment amphibies, et d’une batterie de missiles Patriot, s’ajoutant au déploiement dans la région d’un porte-avions.
Le président américain qui mène une politique hostile à l’Iran, à décidé de reconnaître les Gardiens de la révolution islamique comme organisation terroriste. Le Conseil suprême iranien de sécurité nationale a à son tour qualifié le Commandement des États-Unis (CENTCOM) d’organisation terroriste et les États-Unis d’«État sponsor du terrorisme». Le président américain, qui a retiré Washington de l’accord avec l’Iran, a instauré des sanctions illégales contre ce pays. Les sanctions ont été dénoncées par de nombreux pays, dont les pays occidentaux. Le président américain a pris les sanctions comme politique envers l’Iran et tente d’asphyxier financièrement ce pays. Il a pris la décision illégale de reconnaître El Qods occupé capitale d’Israël. Washington envoie les renforts militaires dans la région pour menacer l’Iran et l’empêcher d’évoquer les droits des musulmans.
Le président américain, qui a offert le Golan occupé à Israël, n’est intéressé que par la réussite du premier ministre d’Israël, Netanyahou, et le soutenir pour échapper au procès pour corruption. Le président américain a prouvé qu’il mène une politique hostile aux musulmans, et il est pourtant applaudi par certains pays musulmans, Emirats, Bahrein et Arabie saoudite qui participent aux crimes de guerre commis contre les civils du Yémen. En récompense, Washington soutient l’Arabie saoudite qui dirige la coalition contre le yémen, ferme les yeux pour le non-respect des droits humains au Bahrein et cautionne les crimes commis par les Emirats au Yémen. Aujourd’ hui, Washington est soutenu par certains pays musulmans contre les musulmans.
Mounir Abi

About Letemps

Check Also

Elections européennes.. Les terroristes soutiennent les radicaux occidentaux

Les terroristes de Daech ont réussi, par les attaques, à lancer les occidentaux contre les …