Home / Temps réel / Commémoration du 3e anniversaire de la mort de Hocine Aït Ahmed: Poursuivre son combat pour le Maghreb des peuples

Commémoration du 3e anniversaire de la mort de Hocine Aït Ahmed: Poursuivre son combat pour le Maghreb des peuples

 

La commémoration du 3e anniversaire de la mort de Hocine Aït Ahmed, fondateur du Front des forces sociales (FFS), a eu lieu hier, au niveau de son village natal, Aït Ahmed, dans la daïra d’Aïn-El-Hammam, à 45 km au sud-est de la wilaya de Tizi-Ouzou, et ce, en présence du membre de l’instance présidentielle, Ali Laskri, et de Lakhdar Bouregaa, les membres de la direction nationale du FFS, conduite par le secrétaire national, Hadj Djilani, la famille du défunt, représentée par son fils Jugurtha, et des militants du parti. Les représentants de partis tunisiens d’opposition ont pris, également, part à cet évènement. Après le traditionnel dépôt de gerbes de fleurs sur la tombe du chef historique et premier opposant de l’Algérie indépendante, une foule, composée de dizaines de personnes, s’est regroupée pour rendre un vibrant hommage à sa mémoire, avec la tenue d’une minute de silence et la lecture de la Fatiha. Cette année, et contrairement aux années précédentes, les membres de la direction nationale du plus vieux parti de l’opposition ont décidé de ne faire aucune déclaration à la presse. «Je ne ferai pas de déclarations, puisque c’est un évènement commémoratif», dira Ali Laskri à la presse locale. Idem pour Hadj Djilani, qui a préféré rendre un humble hommage au fondateur du parti de l’opposition. De leur part, les membres des partis tunisiens de l’opposition sont revenus sur le parcours patriotique et militaire exemplaire mené par Si Aït Ahmed, contre le colonialisme français, et son combat contre le système au pouvoir pour la lutte contre la dictature et les libertés individuelles. «Aït Ahmed n’appartient pas seulement à l’Algérie. C’est un homme de tout le grand Maghreb et du monde entier. C’est un Zaïm universel, qui a tant donné pour la consécration des libertés individuelles, et défenseur des causes justes et des droits de l’homme», dira Mustapha Ben Djaffar, président du conseil national constitutionnel tunisien (2011-2014). Pour lui, Hocine Aït Ahmed a combattu pour l’édification de l’union du grand Maghreb, un objectif qui n’arrive pas à se concrétiser sur le terrain. Pour cela, il a appelé la futur génération à prendre le flambeau pour concrétiser ce vœu, afin d’unifier les rangs des peuples maghrébins. Même son de cloche chez Khalil Zaouia, ex-ministre des Affaires sociales et président du parti Ettakatoul, qui a affirmé que le parcours patriotique d’Aït Ahmed est à méditer, puisqu’il a combattu la France coloniale et le régime politique post-indépendance. «C’est un militant politique universel pour la paix et la justice sociale. Cette commémoration signifie pour moi la nécessité de prendre le flambeau de ce grand homme, pour poursuivre son chemin patriotique», a-t-il dit. Pour sa part, le fils du défunt, Jugurtha, a tenu à l’aspect commémoratif du décès de son père.

Z.C.Hamri

Check Also

Elle fut parmi les plus belles actrices.. Claudia Cardinale vend sa garde-robe

Les costumes de scène et les souvenirs de cinéma de l’inoubliable «Fille à la valise» …