Home / Algérie / Commémoration du 8 mai 1945 à Tlemcen: Entre inauguration et recueillement

Commémoration du 8 mai 1945 à Tlemcen: Entre inauguration et recueillement

1000 foyers ont été raccordés au gaz de ville aux localités d’Oued Charef, commune de Maghnia. La mise en service a été effectuée ce mardi par le wali de Tlemcen à l’occasion de la commémoration du 57e anniversaire des massacres du 8 mai 1945. Il a été procédé aussi au lancement d’un projet de réalisation d’une clinique médicale. La délégation s’est ensuite dirigée à la commune de Béni-Smail où le complexe sportif de proximité a été baptisé au nom de la victime du devoir national, Mostefaoui Mohamed Amine, mort dans le crash d’avion militaire de Boufarik. Au musée régional du Moudjahid de Lallla Setti, il a été organisé une journée d’études ayant pour thème : «les manifestations du 8 mai 1945 dans l’Oranie».
Elle a été animée par des historiens et chercheurs de l’université de Tlemcen. Il a été rappelé par les intervenants que «Messali Hadj a été déporté le 23 avril 1945 à Brazzaville et le PPA organisa le 1er mai des manifestations de tout le pays» et de souligner : «où est brandi pour la première fois le drapeau algérien». S’en suit alors une répression sauvage et brutale à Alger et Oran. Il a été enregistré plusieurs morts et d’ajouter «que la reddition allemande a été signée quelques jours plus tard, soit le 08 mai 1945 et que des manifestations y étaient prévues un peu partout». C’est ainsi que tout le peuple s’est soulevé pour revendiquer son indépendance et sa souveraineté. Dans un télégramme daté du 11 mai 1945, le général De Gaulle ordonna l’intervention de l’armée qui mena des massacres sans précédent dans l’histoire contemporaine. C’est le général Duval qui s’en chargea de cette répression sauvage. Il mobilisa la légion étrangère, les tabors marocains qui se trouvaient à Oran, des tirailleurs de réserve et la marine. Selon les chercheurs-historiens «la répression menée par l’armée coloniale et sa milice est d’une rare violence contre une population sans armes». Il y eu des exécutions sommaires, massacres de civils et bombardements par l’aviation de Mechtras. «A titre indicatif, le croiseur ‘Duguay-Tourin’ et le contre torpilleur ‘Le Triomphant’ ont tiré plus de 800 coups de canon depuis la rade de Béjaïa sur toute la région de Sétif».
Aujourd’hui l’occident, particulièrement la France, célèbre la fête de la victoire sauf, dira le conférencier que «la France a la mémoire courte car ce sont des milliers d’algériens qui ont été mobilisés contre le nazisme et comme récompense ils ont été massacrés» et de s’interroger : «de quelle fête de victoire s’agit -il?».

B. Soufi

About Armadex

Check Also

Dilapidation de deniers publics à la maternité de Sidi Bel-Abbès.. Le procès reporté

Le procès de dilapidation de denier public à la maternité de Sidi Bel-Abbès, qui devrait …