Home / Culture / Concert de Brahim Tayeb à Alger: Le public a voyagé avec le chanteur

Concert de Brahim Tayeb à Alger: Le public a voyagé avec le chanteur

Le public assez nombreux venu assister au concert du chanteur d’expression kabyle Brahim Tayeb, vendredi soir, à la salle Ibn Zeydoun Riadh El Feth à Alger, a bien applaudi l’artiste qui repris les chansons de son dernier album.

Durant les deux heures du concert, le public composé notamment des fans du chanteur Brahim Tayeb a redécouvert l’univers musical de cet artiste prolifique, connu pour ses paroles douces, son sens de la créativité musicale, ses poèmes et ses idées de philosophe. Accompagné par un grand orchestre composé de dix musiciens et six choristes, dont trois voix féminines, dirigé par le maestro-flûtiste Salem Kerrouche, le chanteur a offert au public une quinzaine de pièces, parmi lesquelles celles de Sighed Itran-Ik (allume tes étoiles), son dernier album sorti en août 2017. Parmi les pièces entonnées avec une voix présente et étoffée, Ansiyi wiyilane (d’où je viens, à qui j’appartiens ?), Ussane B’kham Aq’dhim (souvenirs de la vieille maison), Tiflukin (les embarcations), El mahna, Thaddar’thiw (mon village), Uliw yed’dokkes (mon cœur en sursaut) et Dhi Lamane (En toute sécurité). Afennane (l’artiste) du regretté Chérif Kheddam a été reprise avec brio par l’artiste qui, commentant chacune de ses chansons, a interagi avec le public qu’il a sollicité pour reprendre le refrain avec lui, avant d’interpréter Ussane Enni (ces jours là) et conclure dans le plaisir des sens, avec Sighed itran-ik, chanté en duo avec la grande Hassiba Amrouche. La beauté mélodique des pièces entonnées par le chanteur, à la guitare acoustique et au oud, a été rendue dans une variété de cadences composées et un travail d’harmonisation fait avec minutie, où la rigueur académique était de mise.

Applaudissements et youyous

Dans un contenu à l’esprit autochtone soumis à la richesse des variations modales et aux cadences de la rumba, salsa, cha-cha-cha, slow, disco ou encore berouali, chaâbi ou rythme kabyle, Brahim Tayeb a livré une prestation ouverte sur des formes modernes, hautement appréciée par l’assistance. Au même titre que ses compositions musicales, les poésies de l’artiste présentent dans la métaphore un caractère recherché entre bonheur et mélancolie, qui questionne l’existence, rappelle le souvenir, réveille le sentiment de nostalgie, ravive les tourments et met en valeur l’amour, la tradition et les origines ancestrales. Les musiciens, assurant une orchestration pleine, ont fait montre de leur professionnalisme, à l’instar du choriste Malik Kazeoui et Toufik Kerrouche (fils du maestro), à la guitare, qui a excellé tant sur le plan de l’accompagnement que celui de l’interprétation en solo. Le public, embarqué dans un voyage singulier au cours duquel il a savouré tous les moments du concert dans l’allégresse et la volupté, a manifesté sa reconnaissance à l’artiste par des applaudissements répétés et des youyous nourris. Né en 1966 à Larbâa Nath Yrathen (Tizi Ouzou), Brahim Tayeb a suivi des études supérieures en interprétariat à l’université d’Alger, avant de se consacrer à la chanson et connaître un succès immédiat dès son premier enregistrement, en 1980 avec Ussane Enni. Amoureux des mots et des belles mélodies, l’artiste compte à son actif sept albums qui lui ont permis de conquérir un large public. Le concert de Brahim Tayeb a été organisé par l’Oref, sous l’égide du ministère de la Culture.

Synthese B. S.

Check Also

2e Colloque de la Palestine du roman arabe.. Amine Zaoui parmi les invités

Le romancier algérien Amine Zaoui sera parmi les invités, aux côtés d’une élite d’hommes de …