Home / Actualité / Conférence internationale de Paris sur la Libye aujourd’hui: Ouyahia défendra la position de l’Algérie

Conférence internationale de Paris sur la Libye aujourd’hui: Ouyahia défendra la position de l’Algérie

Nouvelle conférence internationale sur la Libye, déchirée par la guerre depuis plus de sept ans. Elle aura lieu aujourd’hui à Paris, sous l’égide de l’ONU, avec la participation des principaux dirigeants libyens, des Nations unies et de nombreux pays invités, dont les voisins de la Libye.

Pour l’Algérie, c’est le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui prendra part à cette rencontre. «Son Excellence M. le Président Abdelaziz Bouteflika a désigné le Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia, pour le représenter à une conférence internationale sur la Libye à laquelle le chef de l’Etat a été invité par son homologue français, Emmanuel Macron», a indiqué, hier, un communiqué des services du Premier ministre. Cette conférence à laquelle sont invitées les différentes parties en crise en Libye vise à ouvrir la voie à des élections d’ici la fin de l’année. Selon la présidence de la République française, l’objectif de la rencontre est de «créer les conditions d’une sortie de crise» en Libye, en «responsabilisant tous les acteurs nationaux et internationaux». Ainsi, les quatre principaux dirigeants rivaux libyens se retrouveront face à face aujourd’hui à Paris. Il s’agit du Premier ministre Fayez al-Sarraj, le maréchal Khalifa Haftar, le président de la Chambre des représentants Aguila Salah Issa et celui du Conseil d’Etat Khaled Al-Mishri. Ces derniers ont donné leur accord pour signer une déclaration qui «fixe le cadre d’un processus politique» prévoyant la tenue d’élections législatives et présidentielle, si possible d’ici la fin de l’année, selon la présidence. Participeront également à la conférence les cinq pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU, l’Italie, ancienne puissance coloniale, les pays voisins (Egypte, Tunisie, l’Algérie, Tchad) et d’autres pays comme les Emirats arabes unis, le Qatar, le Koweït, la Turquie et le Maroc. Le président congolais Denis Sassou-Nguesso, qui dirige le comité de haut niveau de l’Union Africaine sur la Libye, sera présent aux côtés du chef de la mission de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, chargé de superviser le processus. «Les responsables libyens et la communauté internationale seront invités ce jour-là à s’engager dans la mise en œuvre d’une feuille de route politique inclusive pour sortir de la crise qui affecte le pays et la région depuis plusieurs années», a souligné la présidence française. «Après 7 ans de conflit et de tensions, cette conférence inédite (…) vise à ouvrir une nouvelle période de stabilité et de coopération, attendue par tout le peuple libyen», a ajouté la même source.
La conférence de Paris intervient une semaine après la réunion ministérielle tripartite (Algérie, Tunisie et Egypte) sur la Libye, organisée le 21 mai à Alger dans le cadre des concertations entre les trois pays en vue d’un règlement politique de la crise libyenne. Les ministres des Affaires étrangères des trois pays ont exprimé leur refus catégorique de toute forme d’ingérence étrangère dans le règlement de la crise libyenne qui doit être politique. «La solution politique doit être inter-libyenne et issue de la volonté et [du] consensus de toute la composante du peuple libyen, et à travers la contribution des Libyens eux-mêmes à toutes les concertations et aux efforts régionaux et internationaux visant la mise en œuvre du processus de règlement de la crise», a souligné le communiqué final de la réunion. Les trois pays ont mis l’accent sur l’importance de la mise en œuvre du plan d’action onusien, appelant toutes les parties libyennes à «davantage de concessions pour mettre l’intérêt national au-dessus de toute autres considérations et à réaliser le consensus national pour dépasser l’étape de transition». La position de l’Algérie est connue depuis le début du conflit armée. Elle a toujours plaidé pour une solution politique qui passe par un dialogue entre toutes les parties impliquées, à l’exception de celle prônant le terrorisme. Plusieurs rencontres allant dans ce sens ont été tenues à Alger.

Karim Aimeur

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …