Home / Actualité / Consultations des médecins spécialistes: Des tarifs «exagérés»

Consultations des médecins spécialistes: Des tarifs «exagérés»

Le malheur des uns fait le bonheur des autres, dit l’adage. Ce qui s’applique parfaitement au comportement de certains médecins spécialistes qui, profitant de la grève de leurs confrères du secteur public, n’hésitent pas à saigner à blanc leurs patients.

En effet, les tarifs pratiqués par les médecins spécialistes sont exagérés : ils vont du simple au double, estiment les patients. Des tarifs «en dessous du raisonnable», rétorquent les médecins. Pourtant, la majorité des patients estiment qu’ils déboursent entre 1 500 DA et 3 000 DA pour une simple consultation chez un spécialiste. Suite à cette situation, des observateurs relevant du secteur ont estimé que la tarification appliquée est exorbitante, comparée à la durée d’examen qui ne dure que sept à dix minutes au plus chez certains spécialistes, alors que cette durée devrait être de 15 à 30 minutes en moyenne, pour permettre un meilleur dialogue et échange entre le praticien et le malade.
Ils estiment également qu’il est inconcevable de fixer le coût d’une consultation en fonction du prix d’achat des équipements médicaux adaptés à certaines maladies comme la cardiologie, la gynécologie, la neurologie, l’ophtalmologie, l’ORL et autres. Plusieurs malades, interrogés par l’APS à Oran, sont catégoriques : «les prix des consultations médicales sont excessifs». Un médecin activant au sein de l’Association de prise en charge des malades d’Oran a estimé que les tarifs appliqués actuellement ne sont pas réglementaires et ne répondent à aucune logique. De son côté, le directeur de la santé et la population d’Oran, Abdennacer Bouda, a signalé que sa direction n’interfère pas dans le contrôle des prix de consultations ou d’actes médicaux du secteur privé. Pour sa part, le président régional du Conseil de la déontologie médicale d’Oran a rappelé que le prix appliqué actuellement varie entre 1500 et 2000 DA, selon les normes en vigueur à travers différentes wilayas du pays.
Il a estimé que «les tarifs sont même en dessous du raisonnable au vu des mutations socioéconomiques et des évolutions imposées par les exigences de la vie professionnelle». Le praticien Bekada Mohammed Bachir a considéré que «la nomenclature des tarifs fixant depuis trente ans à 100 DA une consultation chez un spécialiste et à 50 DA chez un généraliste est dépassée et ne correspond plus aux réalités actuelles». Il propose la mise en place d’une commission, composée des secteurs de la santé, des finances, de la CNAS, des associations de prise en charge des malades, du Conseil de déontologie de la profession de médecin, afin de réviser ces taux de remboursement de l’argent des consultations selon les nouvelles données et suivant la conjoncture actuelle.
Par ailleurs, le directeur de l’agence CNAS d’Oran, Mesli Lotfi, a indiqué que son organisme «n’est pas concerné par ces prix adoptés par les spécialistes, car le secteur privé fixe les tarifs selon ses compétences. Ceci n’est pas du ressort de la CNAS». Le même responsable a ajouté que la CNAS rembourse les consultations et autres prestations médicales selon une nomenclature fixée par le ministère de la Santé depuis longtemps. Il a également signalé que l’argent remboursé dans le cadre d’une convention contractuelle entre praticiens et la CNAS est à l’ordre de 600 DA pour un généraliste et jusqu’à 1200 DA pour un spécialiste.

Synthèse S. Mimouni

About Armadex

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …