Home / Economie / Coopération algéro-émiratie: Les atouts économiques mis en exergue

Coopération algéro-émiratie: Les atouts économiques mis en exergue

Exprimant son souhait de réviser le volume de l’échange commercial entre les deux pays qui a reculé dernièrement, le ministre émirati de l’Economie, Soltane Ben Said El Mansouri, a mis en exergue hier à Alger les atouts économiques et touristiques dont dispose l’Algérie.

S’exprimant à l’ouverture des travaux de la 14e session de la Commission mixte algéro-émiratie, El Mansouri a affirmé que l’Algérie «dispose d’importants atouts pour réaliser davantage de développement, au vu des facteurs stratégiques qu’elle recèle, à l’image de la diversité économique, des ressources naturelles diverses et de sa position géographique touristique et stratégique par excellence».
Ces facteurs devront permettre à l’Algérie de poursuivre ses efforts pour la diversification de son économie, a ajouté le ministre émirati, rappelant, dans ce sens, l’expérience de son pays qui a réussi à faire passer sa dépendance aux hydrocarbures de
90 % à 29 % récemment. Par ailleurs, El Mansouri a mis l’accent sur l’impératif de la révision du volume des échanges commerciaux entre les deux pays qui «ont reculé de 913 millions de dollars en 2014 à près 596 millions de dollars en 2017».
En parallèle, le ministre émirati a évoqué les atouts dont disposent les deux parties dans le secteur du tourisme, relevant que «près de 70.000 visiteurs algériens ont visité les Emirats Arabes Unis en 2017», un chiffre que son pays souhaite augmenter. Dans le domaine des sciences et de la technologie, El Mansouri a souligné l’importance que revêt l’économie du savoir basée sur l’innovation, un domaine qui pourrait constituer un autre espace de coopération bilatérale, notamment dans les secteurs de la métallurgie, de l’eau, de la santé et des recherches spatiales. Sur le plan politique, le responsable émirati a relevé «le rapprochement» entre les deux pays concernant leurs politiques extérieures à l’égard du système arabe, notamment en ce qui concerne les questions palestinienne, libyenne et syrienne, relevant, à ce titre, la volonté de son pays de renforcer ce rapprochement, particulièrement à la lumière des défis qui se posent sur les scènes régionale et internationale. Le responsable émirati a rappelé, dans ce cadre, la politique de son pays basée sur «l’instauration des supports de l’action commune arabe basée sur la coopération, la solidarité et le respect, loin de toute ingérence dans les affaires internes des autres pays». Le ministre émirati a indiqué que son pays «aspire coordonner avec l’Algérie qui jouit de la stabilité et suivre son exemple, vu les grands défis qu’elle a su relever», appelant à «assurer les outils diplomatiques au service des intérêts communs des deux pays aux plans économique, politique et culturel». Il a appelé, dans ce cadre, l’Algérie à soutenir la candidature de son pays au sein des institutions internationales, à l’instar de certaines structures de l’ONU et de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

Samir Malek

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …