Home / Economie / Coopération algéro-gabonaise.. Discussions autour de la réciprocité de l’investissement

Coopération algéro-gabonaise.. Discussions autour de la réciprocité de l’investissement

Des discussions bilatérales seront «très prochainement» entamées sur la facilitation aux opérateurs économiques algériens d’investir au Gabon, et aux opérateurs gabonais d’investir en Algérie, a indiqué l’ambassadeur d’Algérie au Gabon, Mohamed-Antar Daoud. «Nous avons proposé (aux autorités gabonaises) de créer un groupe de travail mixte, pour étudier les moyens de rendre avantageuses les conditions d’investissement», et pour les Algériens au Gabon et pour les gabonais en Algérie, a déclaré le diplomate, dans une interview accordée récemment au quotidien gabonais Le Journal coopération internationale.
Il a, d’autre part, mis en exergue certaines démarches qui seront bientôt concrétisées, pour stimuler les échanges entre les deux pays. La prochaine étape sera la mise en place par Air Algérie, juste après l’inauguration du nouvel Aéroport international d’Alger, d’une liaison aérienne Alger-Libreville à raison de trois vols directs par semaine et avec un tarif concurrentiel, a-t-il indiqué au journal gabonais, qui a consacré un dossier spécial pour la coopération algéro-gabonaise, à la suite de l’exposition spécifique des produits algériens tenue à Libreville du 27 novembre au 2 décembre 2018. Il y aura lieu d’étudier également la mise en place d’une ligne maritime, selon lui.
Revenant sur l’exposition spécifique des produits algériens à Libreville, couronnée par la signature de 12 accords de partenariat entre les hommes d’affaires des deux pays, et d’un accord de coopération entre les deux chambres de commerce algérienne et gabonaise, Daoud l’a qualifiée de «franc succès».
Ce succès a été, selon lui, le fruit d’une bonne qualité d’organisation, aussi bien au niveau gabonais qu’algérien, d’une diversité des produits exposés couvrant plusieurs secteurs (l’agriculture, l’agro-alimentaire, l’électronique, la climatisation, l’électroménager, la pharmacie, le machinisme agricole….), et enfin de l’intérêt accordé par les hautes autorités gabonaises. Il a également cité comme facteur de réussite de cette manifestation, la décision prise par l’Etat de prendre en charge la totalité des frais du transport des marchandises et de la location des stands, alors qu’auparavant, 80% seulement de ces frais étaient pris en charge. Pour lui, les accords signés lors de l’exposition «ont posé les jalons du partenariat entre les entreprises privées algériennes et gabonaises», alors que l’accord de coopération entre les deux chambres de Commerce «constitue désormais le socle de la coopération future» entre les opérateurs des deux pays.
Estimant que le Gabon constituait une «priorité» pour l’Algérie, Libreville pouvant «constituer un centre de rayonnement vers les autres pays d’Afrique Centrale», a-t-il affirmé, ajoutant que l’avenir de l’Algérie «ne saurait se concevoir en dehors de l’Afrique». A noter que la Commission mixte algéro-gabonaise ne s’est pas réunie depuis 1987. La dernière exposition des produits algériens au Gabon remonte à 1985. Accordant, lui aussi, une interview au même journal gabonais, le président du club des entrepreneurs et des industriels de la Mitidja (CEIMI), Kamel Moula, a appelé à encourager les exportations algériennes vers le Gabon, en développant un comptoir de la production nationale pour faire connaître ses innovations à ce pays africain ami. «L’exposition spécifique des produits algériens qui avait eu lieu récemment (du 27 novembre au 2 décembre derniers) dans la capitale gabonaise, a permis de démontrer que la production algérienne était de qualité et d’un haut niveau de compétitivité», a-t-il indiqué. S’agissant de l’accord signé entre les deux chambres de commerce algérienne et gabonaise, Moula a estimé que cela permettrait aux opérateurs économiques des deux pays d’élaborer ensemble une stratégie de communication, pour permettre aux consommateurs gabonais d’investir sur les offres commerciales algériennes.
R. E.

About Armadex

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …