Home / Algérie / Coopération industrielle et technologique algéro-française à Tizi Ouzou: Une aubaine pour les entreprises locales ?

Coopération industrielle et technologique algéro-française à Tizi Ouzou: Une aubaine pour les entreprises locales ?

Les préparatifs pour le séminaire sur la coopération industrielle et technologique franco-algérienne à Tizi Ouzou qui se tiendra les 23 et 24 octobre 2018 atteignent leur vitesse de croisière et le comité de pilotage est plus que jamais à pied d’œuvre pour réussir cet important événement en matière de coopération économique.

Organisé en partenariat avec la wilaya de Tizi-Ouzou, avec M. Jean Louis Levet, Haut-Responsable à la Coopération Industrielle et Technologique franco-algérienne, et avec l’accompagnement de l’association française Touiza Solidarité, ce séminaire se fixe comme objectif de renforcer les liens entre acteurs de la wilaya de Tizi Ouzou et acteurs français (collectivités territoriales, opérateurs économiques, établissements d’enseignement et formation professionnelle, chambres consulaires, institutions…) pour un développement économique durable des territoires, l’emploi et l’insertion des jeunes. Pour ce faire, une première enquête a déjà été menée auprès des acteurs de la wilaya de Tizi Ouzou. Objectif de l’enquête : recenser leurs attentes et besoins, pour entamer une phase d’identification et de mobilisation des acteurs français. C’est pourquoi, les collectivités territoriales, leviers de coopération décentralisée, sont appelées à contribuer à la préparation du Séminaire.

Un pas vers le renforcement de la coopération

Au sein du comité de pilotage que dirige Dr Khandriche, on estime que «l’évolution favorable des relations franco-algériennes et la volonté de part et d’autre de renforcer la coopération entre les deux pays depuis la Déclaration d’Alger sur l’amitié et la coopération entre la France et l’Algérie, signée à Alger le 19 décembre 2012, ont permis de fixer les termes d’un nouvel élan que les deux pays entendent donner à leurs relations économiques bilatérales. C’est aussi sur la base de la feuille de route de la 3e rencontre algéro-française des Maires et Présidents de Collectivités Territoriales tenue à Alger les 25 et 26 mai 2016 que l’association Touiza Solidarité s’engage auprès de M. Jean Louis Levet, Haut Responsable à la Coopération industrielle et technologique franco-algérienne et de la wilaya de Tizi Ouzou, pour l’organisation du séminaire». Pourquoi la wilaya de Tizi Ouzou ? On estime que la wilaya de Tizi Ouzou dispose d’un tissu industriel important, comptant plus de 34 743 PME, selon une enquête réalisée par l’Office National des Statistiques. Et malgré l’essor des PME ces dernières années, beaucoup d’entre elles rencontrent des difficultés en termes de recrutement de personnel qualifié et répondant à leurs besoins, ou encore de débouchés commerciaux pour leur production. Face à la crise économique que rencontre l’Algérie avec la baisse des rentes pétrolières, la wilaya de Tizi Ouzou a pris conscience de la nécessité d’innover et investir dans son économie locale, pour ne plus se reposer uniquement sur les subventions en baisse du gouvernement central. Elle aspire ainsi à une nouvelle politique insistant sur l’insertion socio-économique de la population, particulièrement des jeunes1, à travers la création d’emplois durables et l’encouragement à la création d’entreprises. Ainsi, les entrepreneurs de la wilaya de Tizi Ouzou et les opérateurs économiques français représentent l’une des principales cibles pour participer au Séminaire, qui vise, notamment, à les mettre en relation et en réseau pour des perspectives d’affaire qui renforceront les échanges entre l’Algérie et la France. Le comité de pilotage indique également qu’il s’agit aussi d’aller vers l’adaptation des formations aux besoins des entreprises, et la mise en relation de la recherche avec les terrains d’expérimentation seront réunis autour de ces sujets. L’Université de Tizi-Ouzou (UTO), les Centres de formation professionnelle et d’apprentissage (CFPA), l’ensemble des jeunes de la région – étudiants, apprentis, en recherche d’emploi ou déjà actifs – ainsi que les établissements d’enseignement et de formation professionnelle français. Dans ce sens, la diaspora algérienne de France sera mobilisée, en ce qu’elle représente une ressource et un vecteur pour la coopération franco-algérienne. De même, Cités Unies France (CUF) et les collectivités territoriales françaises sont des leviers de coopération décentralisée, par la mobilisation des acteurs présents sur leur territoire et leur participation directe selon leur intérêt dans les thématiques abordées.

Des objectifs à atteindre

Cet important séminaire dont les préparatifs vont bon train se fixe de nombreux objectifs. Il s’agit d’oeuvrer pour une meilleure articulation et complémentarité entre les pouvoirs publics locaux, les acteurs économiques, la recherche et l’enseignement, pour une meilleure insertion des jeunes de la wilaya de Tizi Ouzou, de permettre des échanges entre les acteurs économiques, l’enseignement et la formation professionnelle, les collectivités territoriales, les chambres consulaires et les institutions de part et d’autre de la wilaya et de la France, de développer des partenariats entre l’ensemble de ces acteurs et d’assurer l’accompagnement à long terme des liens entre ces acteurs. Le séminaire aspire à un processus de concertation pluri-acteurs, réunissant les collectivités territoriales, les pouvoirs publics locaux, les acteurs économiques, les chambres consulaires, l’enseignement et la formation professionnelle, de la wilaya de Tizi Ouzou et français. L’ensemble de ces acteurs et des structures qu’ils représentent initieront et feront perdurer la dynamique collaborative lancée par le Séminaire. Il s’agira aussi de prendre des engagements de partenariat entre acteurs algériens et français (opérateurs économiques, établissements d’enseignement et de formation, collectivités territoriales…). C’est pourquoi le comité de pilotage chargé d’assurer la préparation et le suivi du séminaire, se doit de développer la dynamique de coopération, et de conduire un projet d’envergure de développement des territoires.

Un large éventail d’acteurs mobilisé

Il est à signaler que le comité de pilotage ne connaît guère de repos afin de réussir cet événement qui demande d’intenses préparatifs. La première phase de la préparation du séminaire, à elle seule, a permis de mobiliser un large éventail d’acteurs, principalement au niveau de la région et de diffuser une première enquête auprès de 122 entreprises, de l’Université Mouloud Mammeri et de la Direction de la formation professionnelle pour connaître leurs attentes et besoins en matière de coopération avec des acteurs français.
Il est ressorti de cette enquête qu’une majorité des entreprises interrogées sont des TPE et PME, représentant principalement le secteur secondaire (agro-alimentaire, BTP, métallurgie/sidérurgie).
Il a été aussi noté des besoins et des intérêts de coopération dans les domaines de l’assistance technique, le développement de produits, des formations, de l’importation de matières premières et l’exportation des produits finis.

Brahim B.

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …