Home / Actualité / Démonstration de force à la Coupole.. Le FLN passe à la vitesse grand V

Démonstration de force à la Coupole.. Le FLN passe à la vitesse grand V

«En votre nom, et par devoir de gratitude, je suis honoré d’annoncer que le FLN présente comme candidat à la prochaine élection présidentielle le moudjahid Abdelaziz Bouteflika».

Le FLN a rassemblé la foule des grands jours. Hier, la coupole du complexe olympique 5 juillet à Alger n’a pu contenir les milliers de citoyens venus assister au meeting organisé par l’instance dirigeante du parti pour appuyer les appels à la candidature de Bouteflika pour un cinquième mandat. «Aujourd’hui, nous sommes venus ici pour un seul homme : Abdelaziz Bouteflika», a lancé le coordinateur de l’instance dirigeante, Mouad Bouchareb, dans son long discours. L’orateur a insisté sur l’unité des rangs de son parti, se réjouissant de la présence dans la salle des nouveaux et anciens responsables du FLN, y compris les contestataires et ceux qui ont été brutalement éjectés de leurs postes de responsabilité. Les anciens présidents de l’APN Abdelaziz Ziari, Mohamed Larbi Ould Khelifa et Said Bouhadja, renvoyé récemment de la présidence de l’Assemblée par les députés de la majorité, ont assisté à ce meeting. Les anciens contestataires, tel que Abderrahmane Belayat, ont également été présents. L’ancien secrétaire général, Djamel Ould Abbès, éjecté de son poste en évoquant sa santé, est lui aussi venu exprimer son soutien au cinquième mandat. L’ancien Premier ministre et directeur de campagne électorale de Bouteflika, Abdelmalek Sellal était parmi les présents. Il a pris place à côté du directeur de protocole du Président Bouteflika, Mokhtar Reguieg. Des représentants de quelques organisations proches du FLN ont marqué leur présence à ce meeting. Le président du FCE, Ali Haddad, était également dans la salle. La présence des anciens et des nouveaux ministres du FLN est aussi constatée. Notant tout de même l’absence des deux anciens secrétaires généraux du parti, Abdelaziz Belkhadem (qui se trouve en Egypte) et Amar Saâdani (qui serait à Londres). Mouad Bouchareb qui a entamé son discours dans une salle archicomble acquise n’a pu le terminer dans les mêmes conditions : plusieurs centaines de personnes n’ont pu patienter jusqu’à la fin de son allocution. Cela étant dit, l’orateur a annoncé la candidature officielle de Bouteflika à l’élection présidentielle du 18 avril prochain pour un cinquième mandat. «En votre nom, et par devoir de gratitude, je suis honoré d’annoncer que le FLN présente comme candidat à la prochaine élection présidentielle le moudjahid Abdelaziz Bouteflika», a-t-il lancé, en demandant à l’assistance d’applaudir. «On tient à la continuité pour achever le processus de développement du pays», a-t-il poursuivi. Pour lui, «la demande du nouveau mandat émane des citoyens de toutes les régions du pays afin de consacrer la stabilité du pays». Il affirme que l’intérêt de l’Algérie commande le cinquième mandat, soulignant qu’il ne sera jamais permis à l’Algérie de revivre le scénario qu’elle a vécu (durant la décennie noire). Dans ce contexte, il a appelé les partisans du cinquième mandat à préparer la campagne électorale en faveur de Bouteflika. Bouchareb n’a pas manqué de citer les réalisations de Bouteflika durant les 20 dernières années dans différentes secteurs (Habitat, Education, Santé, Agriculture, Industrie, travaux publics…). Comme réalisations, il a cité également le remboursement par anticipation de la dette extérieure du pays et les réserves de change constituées grâce au prix des hydrocarbures. L’orateur a évoqué, en outre, la reconnaissance de Tamazight comme langue nationale et officielle lors de la révision constitutionnelle de 2016. Insistant sur la stabilité politique du pays et la nécessité de la préserver, M. Bouchareb a rendu un vibrant hommage à l’Armée nationale populaire et aux autres forces de sécurité. L’orateur a enfin annoncé la tenue congrès extraordinaire du parti après l’élection présidentielle du 18 avril prochain.
Karim Aimeur

About Armadex

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …