Home / Temps réel / Des jeunes entrepreneurs devant l’inspection des impôts: «Halte au harcèlement»

Des jeunes entrepreneurs devant l’inspection des impôts: «Halte au harcèlement»

Ils étaient nombreux à répondre favorablement à l’appel lancé par le collectif d’aide à la micro-entreprise (CAME) qui regroupe de jeunes promoteurs d’entreprises créées dans les différents dispositifs d’aide à la création d’emplois (Ansej, Cnac, Angem) et à prendre part au sit-in organisé hier matin, dès 8h devant le portail principal de l’inspection des impôts la nouvelle ville de Tizi Ouzou. «Notre objectif aujourd’hui est de dénoncer via ce cette action de protestation les harcèlements et les pressions que nous subissons de la part de l’administration en général et des impôts en particulier», nous dira un délégué rencontré sur place. Sollicité pour de plus amples explications, note interlocuteur ajoutera en citant un exemple : «si par exemple on vous exige un C20 pour un quelconque dossier, on vous renvoie automatiquement vers les impôts. Au niveau de l’inspection, on vous refuse sa délivrance avant le paiement des imports. Or, il y a des promoteurs qui n’ont pas facturé toute l’année. Comment voulez vous qu’ils paient les impôts alors qu’ils ne travaillent pas alors que d’autres ont tout simplement reçu des avis de redressements fiscaux!», s’écrie-t-il et d’ajouter plus loin : «la majorité des micro-entreprises sont déficitaires. La réalité est loi d’être ce qu’annonce le ministre de l’emploi.» «C’est pourquoi nous dénonçons ici ces harcèlements et nous exigeons à ce que l’administration des impôts cesse ces pratiques envers nous que nous considérons comme des victimes d’une politique qui a échoué», a-t-il encore tonné et d’enchaîner : «vous saviez que quelqu’un qui a bénéficié d’un crédit dans le cadre de ces dispositifs est exclu des programmes de logement social ?». Il est à rappeler que l’action d’hier est la première depuis la marche nationale organisée à la fin du mois des septembre dernier à Tizi Ouzou et à laquelle avaient pris part des délégués de plusieurs wilayas, notamment de l’ouest comme Oran, Tlemcen, Relizane, Mascara, Chlef, ou encore de l’ouest comme Sétif, Khenchela, Batna, Oum El Bouaghi, Béjaïa et centre, à savoir Alger, Bouira, Boumerdès, M’sila et du sud comme Biskra, El Oued et Ouargla etc pour exiger une nouvelle fois une «amnistie générale».

B. B.

Check Also

Elle fut parmi les plus belles actrices.. Claudia Cardinale vend sa garde-robe

Les costumes de scène et les souvenirs de cinéma de l’inoubliable «Fille à la valise» …