Home / L'edito / Des larmes… sans lacrymogènes

Des larmes… sans lacrymogènes

Pris en étau entre l’exécution des ordres et le respect des citoyens, des policiers se sont effondrés hier, en larmes. Des citoyens en ont fait de même, en voyant les forces antiémeutes se retirer de la place du 1er mai. C’est la principale image de ce 8e jour de révolte populaire contre le système. Ceux qui misaient sur le chaos – comme d’ailleurs à chaque vendredi – ont vite déchanté. Désormais, le peuple maîtrise les enjeux de sa révolte, et évite de tomber dans le panneau des faiseurs de scénarios catastrophe.
L’attitude civique et civilisée de notre peuple dérange même les capitales étrangères, connues pour avoir toujours attisé le feu en Algérie, au point où les images des marches pacifiques sont passées sous silence. Ils attendent une seule chose : «l’étincelle» qui mettrait le feu aux poudres. Ce sera sans compter sur la vigilance et l’esprit responsable et patriotique des algériens. Les services de sécurité chargés d’assumer leur mission de maintien de l’ordre, défendent à leur façon, et dans un esprit tout aussi pacifique, des marches populaires depuis le 22 février dernier. Là aussi, ils doivent faire montre de vigilance, puisque d’après un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale, des individus «étrangers» ont été arrêtés, alors qu’ils tentaient de semer le trouble au sein des marcheurs. Les personnes arrêtées étaient en possession d’équipements «sensibles». Leur objectif était, bien entendu, de faire sortir le mouvement populaire de son cadre pacifique…
A.L.

About Letemps

Check Also

Un revenant en temps de révolution

Le retour fracassant de l’ex-secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, à la faveur d’un entretien …