Home / Actualité / Des stars disparaissent, d’autres résistent: Quand la célébrité s’arrête à 15 ans

Des stars disparaissent, d’autres résistent: Quand la célébrité s’arrête à 15 ans

Bien qu’il y ait des exceptions, le passage à l’âge adulte a souvent freiné la carrière de grands artistes qui ont bercé notre enfance.

Si le plus grand acteur de tous les temps qui est Charlie Chaplin, connu sous le nom de «Charlot» qui est monté sur scène à l’âge de 05 ans, a continué sur sa lancée dans une carrière de cinéma inégalable à un âge avancé, beaucoup d’enfants ont été freinés des leur passage à l’adolescence. En effet, beaucoup de chanteurs, musiciens et acteurs ayant connu la célébrité en étant enfants ont disparu de la scène des l’âge de 15 ans.

On les préfère petits

La disparition de la scène ou des écrans de ces artistes peut être motivée par l’image d’enfant qu’ils ont transmis aux spectateurs et qui ne peut être remplacée par celle de l’adulte. C’est le cas du petit acteur d’origine marocaine Mehdi El-Glaoui qui fut l’acteur principal du feuilleton télévisé «Belle et Sebastien». Chez nous, Lotaisa Abderrahmane s’est éclipsé après son grand succès dans le feuilleton «El Hariq» (Dar Sbitar) de Mustapha Badie et dans lequel il a brillé en interprétant le fils de Lla âyni (Chafia Boudraâ). Omar qui a joué dans quelques autres films s’est retiré pour une carrière de cameraman. L’autre grand acteur Abdelkader Hamidi, qui a crevé l’écran dans le long métrage «Les enfants de Novembre» produit pour la télévision et signé par le réalisateur Moussa Haddad où il a interprété le rôle de Mourad Bensafi, a quant à lui été obligé de mettre fin à sa carrière car les producteurs et réalisateurs ne l’avaient plus mis dans leur casting. Cette marginalisation après le grand succès était l’un des grands motifs de la dépression de Mourad Bensafi avant son décès alors qu’il était encore jeune. D’autres acteurs tels que Sanaâni Kelif qu’on voit jouer le rôle du Petit Omar, le neveu de Yacef Saâdi aux côtés d’Ali la pointe n’aurait, de son côté, plus joué dans un film, malgré ce grand succès et les qualités d’acteur qu’il avait. Bien qu’il ait joué un rôle secondaire, le petit vendeur de journaux dans le même film nous a marqué, mais on ne l’a plus revu.

On s’habitue à la voix

Il faut noter que ce phénomène n’est pas spécifique à l’Algérie. Le petit Macaulay Culkin, acteur principal du film «Maman, j’ai raté l’avion» (1990) n’a plus fait de succès malgré quelques apparitions. Cet enfant, qui a connu un grand succès aussi bien aux USA qu’à travers le monde grâce à ce film régulièrement rediffusé par les chaînes de télévision s’est retiré pour se consacrer à une petite carrière dans le monde de la peinture et de la chanson après avoir sombré dans l’alcoolisme et la drogue dès l’âge adulte. Pour le monde de la chanson, c’est surtout le fait qu’on s’habitue à la voix d’enfant qui ferait briser la carrière de certaines stars. La plus belle des carrières de chanteur et acteur serait celle de «Joselito» qui fut un génie de la chanson. On ne pouvait, en effet, réécouter la petite star que grands et petits aimaient avec une voix d’homme, mais nous gardons tous son image tapant sur le poste-radio qui ne captait pas bien. En France, Roméo a tenté le passage à l’âge adulte par une passerelle en enregistrant «Je veux être un homme», mais ce fut un de ses derniers succès. Il faut noter, toutefois, que certains artistes, notamment dans le domaine du théâtre, de la télévision et du cinéma qui ont percé des leur enfance et continué pour une longue durée. C’est le cas de la comédienne Aouiouchet qui a fait partie de la troupe Reda Bey alors qu’elle n’avait que huit ans. La petite qui jouait également à l’harmonica s’est retrouvée au Théâtre National Algérien (TNA) pour jouer dans la plupart des pièces avant qu’elle ne décède suite à un accident de la route. L’autre artiste qui a réussi aussi bien durant son enfance qu’après, c’est la comédienne Aïda Guechoud qu’on a vu aux côtés de Omar dans le feuilleton «El Hariq» alors qu’elle n’avait que neuf ans.

Certains résistent

Le chanteur El Hadi R’djeb avait treize ans lorsqu’ il fut membre de la troupe du FLN avec laquelle il fit des tournées dans plusieurs pays. Bien qu’il n’ait eu pratiquement qu’un seul succès avec «Ya Bladi La Nensek», El Hadi R’djeb a résisté jusqu’à sa retraite en montant sur scène chaque fois qu’il est appelé. Cheb Mami a aussi été découvert alors qu’il vivait pleinement son enfance. C’est en chantant dans un groupe de scouts à Saïda que fut découvert Cheb Mami. Le jeune scout qui était turbulent mettra tout son dynamisme pour enchanter grands et petits. Il passera par l’émission «Elhane oua Chabab», puis dans l’émission «Bled Music» où il brillera par le duo «Lazreg Saâni» avec une très jolie fille d’à peine 16 ans qui ne donnera plus de ses nouvelles. Le petit scout brûlera toutes les étapes pour obtenir le statut de star, mais suite à une affaire l’ayant mené en prison, il ne put retrouver son statut malgré quelques tentatives. A Tlemcen, le petit Cheb Anouar a, de son côté, su passer à l’âge adulte tout en gardant son charme et sa voix. Pour rappel, les musiciens et éditeurs Rachid et Fethi avaient mis tous les moyens pour encourager leur neveu Anouar qui allait toujours à l’école primaire. Le succès n’avait pas tardé à arriver car Cheb Anouar avait une belle voix et suivait à la lettre les conseils de ses oncles. Après la mort de son oncle Rachid, assassiné par les terroristes intégristes, Anouar, bien qu’il en fut marqué continua sa carrière en France. Le chanteur qu’on ne voit pas souvent a quand même réussi même après la trentaine.

Bekakchi et Mickael

Avant lui, le Sétifien Bekakchi El Khier avait prouvé qu’on peut devenir célèbre et vendre des disques par milliers en étant enfant, mais aussi à continuer à donner des concerts et enregistrer des succès à un âge avancé. Bekakchi qui avait débuté sa carrière d’artiste à dix ans environ est aujourd’hui parmi les références de la chanson Sétifienne et algérienne. Au niveau mondial, c’est Mickael Jackson qui est un exemple de réussite aussi bien durant l’enfance lorsqu’il chantait aux côtés de ses frères et sœurs dans le groupe ‘Jackson Five’ qu’après s’être retiré pour une carrière en solo. Donc, dans la vie artistique, on peut devenir une grande star et disparaître à 15 ans, mais on peut passer cette étape et rester au devant de la scène toute sa vie.

Bari Stambouli

About Armadex

Check Also

Ahmed Taleb IbrahimiI à l’Armée : «Écoutez les propositions des élites et des sages»

Dans une lettre intitulée «A la jeunesse du Hirak, préservez la dynamique du changement», reprise …