Home / Actualité / Des syndicats de l’éducation récusent les rumeurs de boycott des examens de fin d’année.. «Pas question de jouer avec l’avenir de nos enfants !»

Des syndicats de l’éducation récusent les rumeurs de boycott des examens de fin d’année.. «Pas question de jouer avec l’avenir de nos enfants !»

Contactés hier, le Snapest et le Satef ont nié ces rumeurs, assurant qu’il n’est pas question de jouer de l’avenir de deux millions d’élèves candidats aux examens de fin d’année pour les trois paliers confondus (BAC, BEM et 5e).

Des syndicats autonomes du secteur de l’Education nationale réfutent les rumeurs faisant état du boycott des examens de fin d’année scolaire pour les trois paliers. Parents et élèves appréhendent la possibilité du report, ou carrément du gel des examens de fin du cycle, notamment du baccalauréat, en raison du boycott de l’intersyndicale de l’éducation (Unpef, Cnapeste, Snapest, SNTE, Satef et le Cela), de la conférence nationale organisée ce dimanche 14 avril, par le nouveau ministre de la tutelle, Abdelhakim Belabbed, consacrée à l’évaluation des préparatifs liés à l’organisation des examens de fin de cycle. Contactés hier, le Snapest et le Satef ont nié ces rumeurs, assurant qu’il n’est pas question de jouer de l’avenir de deux millions d’élèves candidats aux examens de fin d’année pour les trois paliers confondus (BAC, BEM et 5e). Boualem Amoura, secrétaire général du Satef, a expliqué que «ce n’est pas dans les prérogatives des syndicats de participer à l’organisation ou à la préparation de ces examens.
Ceci relève des fonctions des cadres du ministère de la tutelle». Il a écarté l’intention de les boycotter. «Il est vrai que ces examens qui concernent plus de deux millions de candidats revêtent un caractère particulier, car intervenant dans un contexte sensible, mais il n’y a pas à s’inquiéter. Le calendrier fixé par le ministère et l’Office national des examens et concours (ONEC) est maintenu». «Rassurez-vous, nous savons faire la différence entre le travail du syndicalisme et de la politique. Nous ne pouvons en aucun cas sanctionner d’une telle manière nos enfants», a-t-il indiqué à l’intention des élèves et des parents. Pour Boualem Amoura, «les examens peuvent être organisés sans ministre. Les cadres du secteur, en collaboration avec les enseignants et les autres travailleurs de l’éducation, qui pour beaucoup ont une expérience de plus de 30 ans, pourront s’occuper parfaitement de cette phase». Revenant sur le rejet de son syndicat de l’invitation du nouveau ministre, Belabbed, notre interlocuteur a précisé qu’elle est en conformité avec l’esprit et la teneur de la déclaration de soutien à la révolte populaire, rendue publique le 1er avril dernier.
Le S.G. du Satef a expliqué cette position: «elle a été prise en partant du principe de ne pas travailler avec le staff de Noureddine Bedoui, déjà contesté par le peuple. Nous faisons partie de ce peuple qui aspire à un changement politique réel», a-t-il soutenu. Le secrétaire général du Snapest, Meziane Meriane, nous a précisé quant à lui, que l’option du boycott «n’est pas à l’ordre du jour». «Pour le moment, cette option n’a été discutée ni par le Snapest ni dans le cadre de l’intersyndicale de l’éducation», a-t-il souligné, sans toutefois écarter la possibilité de recourir à cette mesure, en cas du maintien du gouvernement contesté par le peuple algérien. «Les élèves n’ont pas à craindre. Ils doivent plutôt se concentrer sur leurs cours durant ces deux prochains mois, avant l’entame des examens de fin d’année», a-t-il préconisé. Notre interlocuteur a relevé en outre, que «le refus du Snapest de prendre part à la réunion au ministère de l’Éducation nationale s’inspire du profond respect qu’on a pour le peuple, qui se bat au quotidien pour une rupture salvatrice pour l’Algérie». Et d’ajouter: «C’est une attitude forte de rejet de travailler avec le nouveau gouvernement dirigé par Bédoui», a-t-il poursuivi.
Pour sa part, le successeur de Nouria Benghabrit, Abdelhakim Belabed, a affirmé, lors de la conférence de dimanche, que les examens nationaux de fin d’année scolaire auront lieu aux dates fixées. Selon le calendrier fixé par le ministère et l’Office national des examens et concours (ONEC), l’examen du baccalauréat se déroulera du 16 au 20 juin prochains, celui du Brevet d’enseignement moyen (BEM) du 09 au 11 juin, et celui de fin de cycle primaire le 29 mai, soit durant le mois sacré de ramadhan. «Les résultats seront annoncés le 20 juillet pour l’examen du baccalauréat, le 1er juillet pour l’examen du BEM, et le 16 juin pour l’examen de fin de cycle primaire», a fait savoir le ministre.
Fella Hamici

About Letemps

Check Also

Préservation des entreprises économiques en difficultés.. L’Etat prend ses responsabilités

Le Conseil du gouvernement a regroupé les ministères des Finances, de la Justice, de l’Industrie, …