Home / Algérie / Direction de la pêche et des ressources halieutiques de Sidi Bel-Abbés: 52 fellahs pratiquent l’élevage du poisson d’eau douce

Direction de la pêche et des ressources halieutiques de Sidi Bel-Abbés: 52 fellahs pratiquent l’élevage du poisson d’eau douce

L’expérience de l’élevage du poisson d’eau douce est prometteuse à Sidi Bel-Abbés, car d’après la direction de la pêche et des ressources halieutiques, 52 fellahs dans 21 communes de la wilaya, ont adopté cette expérience dans leurs exploitations agricoles. L’activité de la pisciculture émerge dans la wilaya de Sidi Bel-Abbés.
C’est l’avis des responsables de ce secteur, qui ont mis l’accent sur le développement de cette importante activité, devenue aussi une nouvelle source de revenus aux fellahs, durant une journée d’étude et d’information sur l’intégration de l’aquaculture à l’agriculture, organisée hier, à la bibliothèque Cheïkh Kebbati. Selon le directeur du secteur M. Fatmi, il existe actuellement 13 circonscriptions agricoles à l’échelle de la wilaya, disposant de 808 bassins d’irrigation d’une capacité de 280.430M3, où certains fellahs dans cinq circonscriptions ont déjà lancé leurs projets d’élevage des alevins dans près de 400 bassins d’eaux. Une activité qui a atteint un taux de 40% dans les principales fermes aquacoles, ayant de grandes capacités de développer la production agricole, par une eau d’irrigation riche en matière organique, estime le même responsable.
En s’adressant aux jeunes investisseurs bénéficiaires des microcrédits de l’Ansej, Angem et Cnac, et aux fellahs plus particulièrement, les organisateurs ont donné des explications sur les techniques d’élevage et le type des bassins d’eaux, en vue de réussir cette expérience. Le Tilapia rouge et le poisson Chat sont les deux espèces de poisson d’eau douce, qui font actuellement objet d’élevage réussi pour beaucoup de fellahs de la wilaya de Sidi Bel-Abbés, et ceux de la wilaya de Saïda, diront les spécialistes.
Quelques intervenants ont apprécié cette expérience, mais ils n’ont pas hésité à poser le problème de la commercialisation de ce type de poisson pas très connu et consommé sur le marché. «c’est une culture qui va arriver à la région Ouest avec le temps, comme il est le cas dans la région centre du pays, où le consommateur commence à déguster le poisson de l’eau douce» justifient les conférenciers.

S. D.

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …