Home / Culture / Djamel Bounab: Un brillant et discret comédien

Djamel Bounab: Un brillant et discret comédien

Dans le domaine théâtrale, on dit qu’il n’a pas de petits rôles, il n’y a que de petits comédiens. En jouant durant toute sa carrière des petits ou seconds rôles, le comédien Djamel Bounab prouve qu’on peut être brillant sans être à l’affiche.

A chaque fois qu’il a l’occasion d’être distribué même pour les plus petits rôles, Djamel Bounab a prouvé ses capacités de grand comédien. Djamel Bounab, ce comédien qui a fait ses preuves des ses débuts dans la troupe théâtrale populaire (TTP) que dirigeait le grand Hassan Hassani n’a jamais raté l’occasion de prouver ses capacités et dons artistiques. Bien qu’il soit toujours distribué dans des rôles de malin, rusé et escroc, l’artiste a bien les capacités de jouer tous les rôles. Très modeste, le talentueux Djamel Bounab est de ces nombreux artistes marginalisés et qui vivent à l’ombre à cause des producteurs et programmateurs qui ne font pas appel à eux pour des raisons qu’on n’arrive pas encore à expliquer.

Du théâtre à la télé

Au théâtre, il a eu l’occasion de jouer devant les plus grands comédiens tels que Hassan Hassani, Tayeb ABOU El Hassan, Kaci Ksentini et Mustapha El Anka.
Il a également réussi dans tous ses rôles à la télévision. On l’avait vu notamment dans la série consacrée au grand comédien Rachid Ksentini et dans le feuilleton «Mawîid maâa el Qadar». Ce qui dérangerait Djamel Bounab n’est pas seulement le fait qu’on ne fasse pas appel à lui ou qu’on ne lui donne pas le premier rôle mais le fait que les réalisateurs ne lui attribuent pas des rôles de personne sympathique, tendre et gentille comme il l’est vraiment dans la vie. A chaque fois qu’on le rencontre, on sent chez Bounab cet amour éternel pour l’art et le théâtre.
Il est parmi les rares artistes qui continuent à faire de l’art pour l’art et à aimer vraiment le théâtre sans se soucier du statut de star et de l’argent. Il est parmi les rares artistes ayant réussi aussi bien sur la scène théâtrale que sur les plateaux de télévision. Bounab n’est peut être pas une star mais tout comme Hassan Hassani ou Rouiched, on le reconnaît facilement dans la rue et on a envie de lui parler. Il est toujours souriant et prêt à raconter une anecdote ou une blague.

La voie des grands

C’est un artiste à l’ancienne. C’est-à-dire qu’il a suivi, peut être sans le savoir la voie de Rachid Ksentini, Mohamed Touri et Sid Ali Fernandel. Bien que doué des son enfance, le comédien a fait ses débuts au conservatoire d’Alger en prenant des cours de musique andalouse, de solfège et de chant durant trois ans. Devenir chanteur était son but mais il rêvait en parallèle d’être acteur. Il se met à faire du théâtre dans une troupe de la JFLN tout en continuant ses cours de musique. Il passera même à l’émission El Hane Ou Chabab en 1972 en interprétant une chanson de Amar Ouhadda, ce qui montre aussi que notre artiste a plusieurs cordes à son cou et aurait pu réussir dans une carrière de chansonnier ou fantaisiste. Après son passage à la TTP où il apprendra beaucoup , il passera du théâtre aux petit et grand écran où il sera dirigé par des réalisateurs de renom tels que Abdelghani Mehdaoui, Mustapha Badie, Mohamed Badri et Djamel Fezzaz où il se fera remarquer en jouant de petits rôles. C’est dans le feuilleton Chafika écrit par Belkacem Rouache et réalisé par Fezzaz qu’il se fera connaître par le grand public. Le succès continuera pour l’artiste dans d’autres films notamment la série de douze épisodes consacrée à Rachid Ksentini réalisée par Ali Aissaoui.

On ne le voit pas souvent

On le verra par la suite dans plusieurs films et Sitcom dont Nass Mlah City et Djemâi Family aux côtés de Souileh et Bayouna. Il est dommage qu’un artiste aussi talentueux attende des années pour être distribué dans un film.  On ne sait même pas si les cachets des rares films où il passe lui suffisent pour vivre à l’aise. Bounab n’est malheureusement pas le seul artiste à souffrir de cette situation. On se demande d’ailleurs, pourquoi on fait appel à certains artiste uniquement pour le Ramadhan.

Bari Stambouli

About Armadex

Check Also

Andalou à Paris.. L’Ensemble Culture – musique en concert au CCA

L’ensemble Culture – musique dont l’objectif est la transmission et la pérennisation du patrimoine culturel …