Home / Actualité / Djamel Kaouane reconnaît: «Nous n’avons pas réussi à créer un paysage médiatique fort»

Djamel Kaouane reconnaît: «Nous n’avons pas réussi à créer un paysage médiatique fort»

«Nous les journalistes, nous n’avons pas réussi à créer un paysage médiatique algérien fort», a déclaré Djamel Kaouane, ministre de la communication, lors d’un point de presse tenu hier en fin d’après-midi, à l’issue de sa visite de travail à Bouira à l’occasion de Yennayer. M. Kaouane affirme que l’Etat algérien n’a jamais cessé son soutien à la presse depuis plusieurs années. «Le soutien de l’Etat n’a jamais cessé. Je pense qu’il faut engager la réflexion : quelle presse nous devons avoir au 21e siècle. Voilà la véritable question qu’il faut se poser», ajoute M. Kaouane qui a tenu à rappeler que la liberté d’expression en Algérie est une réalité, avant de s’interroger si cette «liberté permet de créer une véritable presse de référence». Le ministre a tenu également à souligner que la presse dont on a besoin aujourd’hui, que ce soit publique ou privée, c’est une presse forte, professionnelle, puissante. «Nous avons besoin d’une presse privée forte, professionnelle et nous avons besoin d’un secteur public puissant. Ce sont les défis qu’il faudra relever, les véritables questions qu’on doit se poser. J’espère que les jeunes journalistes vont réussir là où nous avons échoué», dit-il. Ainsi, concernant le fonds d’aide à la presse écrite, le ministre a déclaré que le projet est en cours d’étude. Pour ce qui est du projet de la carte nationale professionnelle du journaliste, Djamel Kaouane estime que son département est prêt. «Pour le côté institutionnel, nous sommes prêts. Nous avons assaini le fichier», affirme-t-il. Pour que le projet soit mené jusqu’au bout, le ministre a mis l’accent sur l’organisation de la corporation pour l’installation de la commission qui se chargera de remettre de l’ordre. Par ailleurs, pour le cas du journaliste Adlène Mellah, qui se trouve actuellement en prison, le ministre dit que «l’affaire ne relève pas du délit de presse». M. Kaouane a évoqué aussi des cas de plusieurs dépassements dans la presse, notamment dans la caricature.

Ali Cherarak

About Armadex

Check Also

Gaid Salah tient à la solution constitutionnelle à la crise, et affirme : «L’élection d’un président est une priorité»

Gaïd Salah estime que «l’organisation des élections présidentielles dans les brefs délais et dans les …