Home / Algérie / Echangeur sur la RN5: L’entreprise chinoise met le paquet

Echangeur sur la RN5: L’entreprise chinoise met le paquet

Près de six mois après leur lancement, les travaux de l’échangeur de la pénétrante Ahnif-Béjaia donnant sur la RN5, dans la commune d’Ath-Mansour, sont en phase d’achèvement.

L’entreprise chinoise en charge du chantier n’a lésiné sur aucun moyen, et travaille d’arrache-pied pour mettre en service cet ouvrage. «L’échangeur est programmé pour être livré au courant de cette semaine, et sera mis en service le 1er novembre», indique, au Temps d’Algérie, un technicien de l’entreprise chinoise, rencontré sur place. Les deux voies et le rond-point de l’échangeur ont été bitumés, alors qu’une équipe s’affaire pour achever les travaux de drainage des eaux pluviales. Ouvert provisoirement, l’échangeur a dû être fermé aussitôt par l’Agence nationale des autoroutes. Ceci a contraint les automobilistes en provenance de l’est et du centre du pays, à emprunter des accès aménagés pour les besoins de l’entreprise chinoise en charge des travaux de la pénétrante. Ces accès ont été à l’origine de nombreux accidents. Devant cette situation, les populations des villages de la commune d’Ath-Mansour, relevant de la wilaya de Bouira, ont mené une action de protestation sur les lieux de l’échangeur qu’ils ont rouvert de force, en dépit de l’intervention de la gendarmerie pour empêcher l’action des habitants. A l’époque, les autorités ont justifié le retard dans l’exécution des travaux de cet ouvrage, par les délais mis par la Sonatrach dans le déplacement de l’oléoduc traversant les emprises de la pénétrante. Par ailleurs, les habitants n’ont pas manqué de manifester leur soulagement, à la suite de l’annonce de la mise en service de cet échangeur. «L’achèvement, cette semaine, des travaux nous soulagera sans aucun doute. Nous sommes contraints de nous déplacer jusqu’à Adjiba, Aftis ou Tamelaht pour prendre l’autoroute et aller soit à Béjaia, soit à Alger», témoignent de nombreux automobilistes de la région. Pour rappel, la question des échangeurs n’est pas définitivement réglée, car le nombre prévu ne répond pas aux attentes des populations des deux wilayas, qui dépassent le million d’habitants. La pénétrante ne compte, en tout et pour tout, que quatre échangeurs, sur une longueur de 90 km. Pour rappel, lors de l’inauguration de la première tranche Ahnif-Akbou, les populations des communes d’Ighil-Ali, Boudjellil, Ait-Rzine ont mené une action de protestation sur place, empêchant le ministre des travaux publics de passer. Ils ont réclamé, à juste titre, un échangeur au niveau du lieu-dit Sbain Cheikh, qui a, d’ailleurs été réalisé aussitôt, mais de manière provisoire.

A. Arab

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …