Home / Actualité / Échec des négociations, hier, dans le cadre du comité intersectoriel: Les résidents poursuivent leur grève

Échec des négociations, hier, dans le cadre du comité intersectoriel: Les résidents poursuivent leur grève

La réunion du comité intersectoriel chargé du suivi du dossier des médecins résidents, tenue, hier, au siège du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a viré à l’échec.

Les représentants du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) ont à leur sortie, affirmé que la grève illimitée se poursuivra, estimant que les négociations n’ont rien apporté de concret en ce qui concerne la question du service civil. Selon Dr Mohamed Taileb, membre du bureau national du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra), «les membres de la commission ont pris beaucoup de temps avant de nous laisser proposer et entamer les négociations». Ce nest que tard en fin de journée que le débat est ouvert mais «sans résultat concret». C’est pourquoi donc le mouvement de grève demeure maintenu jusqu’à nouvel ordre. Une issue qui n’arrange, faut-il le dire, aucune des deux parties mais surtout les patients victimes de ce bras de fer qui dure depuis le 14 novembre 2017. La veille, soit hier, lors du rassemblement organisé au CHU Mustapha Pacha d’Alger, les médecins résidents avaient menacé de ne plus participer aux réunions dans le cadre du comité si le département de Mokhtar Hasbellaoui n’affiche pas de véritable volonté pour solutionner les problèmes posés. Sur la question du service civil à laquelle a été consacrée la rencontre d’hier, le ministère s’est tenu aux annonces faites il y’ a quelques jours. Ce qui n’est pas convaincant de l’avis des représentants du (Camra). Ces derniers n’ont pas voulu s’étaler dans les détails, se contentant d’affirmer que la grève est maintenue.
L’échec des négociations intervient au moment où la justice a déclaré illégal le mouvement. Le tribunal administratif de Bir Mourad Rais à Alger, a jugé illégale la grève des médecins résidents qui dure depuis des semaines. Statuant en référé, le même tribunal a également ordonné l’évacuation des lieux occupés par les grévistes. Il s’agissait, au fait de l’occupation des lieux au CHU Mustapha Pacha d’Alger depuis mardi en fin de journée et s’est poursuivie jusqu’à hier, par des résidents venus notamment de Oran et d’Annaba. Mais cette décision n’est pas pour décourager la base qui d’après un autre délégué, reste solidaire et mobilisée autour de la plateforme de revendications. «Ils croient pouvoir nous faire peur avec des ponctions sur salaire et une décision de justice. Ni l’une ni l’autre ne nous atteint dans notre détermination à aller jusqu’au bout, car notre cause est juste», nous dira Dr Nehlil, délégué national du Camra. Pour lui, «les médecins résidents peuvent bien vivre sans les salaires misérables qu’ils perçoivent». Pire encore, «dans le cas où la situation ne connaîtra pas de déblocage, nous sommes prêts à aller vers une démission collective». Une option très risquée pour les autorités dans la mesure où même le service minimum des urgences médicales et des gardes ne sera plus assuré. À l’heure où nous mettons sous presse, des centaines de médecins étaient encore campés au CHU Mustapha Pacha. Certains proposaient d’occuper les lieux et de continuer à assurer le service minimum indéfiniment. Les rumeurs ayant circulé, hier, sur la suspension des gardes et des urgences sont «sans fondement» explique le Camra sur sa page Facebook.

Aïssa Moussi

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …