Home / Algérie / Ecole primaire Bellil-Saïd d’Ighraiene (Idjer): Les élèves de 5e sans enseignant d’arabe

Ecole primaire Bellil-Saïd d’Ighraiene (Idjer): Les élèves de 5e sans enseignant d’arabe

Alors que le premier trimestre est quasiment bouclé avec le début des compositions cette semaine à travers l’ensemble des établissements scolaires du pays, les élèves du niveau 5e de l’école primaire Bellil-Saïd, du village Ighraiène, dans la commune d’Idjeur, daïra de Bouzeguène et à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, sont toujours sans enseignant de langue arabe. Une question mainte fois soulevée par les parents d’élèves en question, qui ont fini par passer à l’action en procédant durant la journée d’avant-hier, mardi, à la fermeture de l’inspection de ladite matière sise au chef-lieu de daïra. Une action à travers laquelle les protestataires veulent faire entendre à nouveau leur voix en direction des responsables de la direction de l’éducation de Tizi Ouzou, qui auraient, selon eux, affiché un mépris total à l’égard d’un droit dont devraient jouir leurs enfants.
Les parents d’élèves, qui réclament également la nomination d’un directeur titulaire pour l’école, gérée selon eux actuellement par une intérimaire, se disent inquiets quant à la scolarité de leurs enfants en raison de l’absence d’un enseignant d’arabe, d’autant plus que selon eux, il s’agit des élèves de la 5e donc d’une classe d’examen. «Ce n’est pas normal que nos enfants, qui sont en classe d’examen, ne disposent pas à ce jour d’un enseignant de langue arabe, une matière essentielle pour l’examen de fin d’année. Nous avons également soulevé l’absence d’un directeur titulaire au niveau de l’école car, à nos yeux, la gestion de n’importe quel établissement nécessite la présence d’une personne ayant les capacités et surtout le pouvoir de décision. Nous avons déjà interpellé les responsables concernés mais aucune suite n’a été donnée à notre requête d’où notre décision de procéder à la fermeture de l’inspection de Bouzeguène pour la deuxième fois depuis le début de l’année scolaire», nous affirme au téléphone un parent d’élève, non sans espérer que les responsables au niveau de la direction de l’éducation de la wilaya finissent par répondre favorablement à leur doléance dans les brefs délais. «Le premier trimestre va bientôt s’achever et nous espérons que nos enfants, qui ont raté un tiers de leur scolarité dans la matière d’arabe, vont pouvoir rattraper ce retard à partir du deuxième trimestre avec l’affectation d’un enseignant par les services de l’académie», ajoute notre interlocuteur.

A. C.

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …