Home / Algérie / El Hachemi Assad : «Vers la généralisation de Tamazight dans les écoles primaires»

El Hachemi Assad : «Vers la généralisation de Tamazight dans les écoles primaires»

A l’issue du festival national des arts plastiques qu’a abrité l’université Abou Bakr Belkaid de Tlemcen du 15 au 22 avril, et placé sous le thème «Amazighité, identité et culture», le secrétaire général du haut commissariat à l’amazighité Si El Hachemi Assad s’est félicité de cette manifestation culturelle qui a mis en exergue les coutumes et les traditions berbères à travers des œuvres artistiques réalisées par des étudiants venus de 15 wilayas du pays.
Evoquant la nouvelle vision de son institution  et son approche en vue de la généralisation de la langue amazighe et son enseignement dans  les cycles scolaires, il dira que «depuis sa constitutionnalisation par le président de la république, Abdelaziz Bouteflika, la langue amazigh  s’est largement renforcée et une nouvelle approche académique a été mise place par le commissariat». Elle est constituée de trois principaux axes objectifs, souligna-t-il, dont «l’accompagnement du ministère de l’éducation nationale à généraliser cette langue dans le premier cycle primaire».
Cette démarche est objective dans la mesure, indiqua-t-il, que «l’engouement pour la langue amazigh connaît une constante évolution comme le témoignent les statistiques et les bilans positifs enregistrés depuis l’année 2014».  Il insista sur la formation des enseignants pour arriver à encadrer l’ensemble des établissements scolaires en plus de la «généralisation de la langue dans les écoles normales supérieures et l’ouverture de départements de langues et cultures amazigh dans les universités algériennes».  Ce qui constitue le deuxième axe de cette démarche en vue d’intégrer les chercheurs et les laboratoires de recherches universitaires dans la prise en charge de cette langue d’une manière académique.
Le haut commissariat à l’amazighité accompagnera tous les chercheurs dans cette démarche qui doit déboucher sur un troisième axe, à savoir «la formation continue des enseignants et une alphabétisation généralisée en langue amazigh pour l’ensemble des corps et institutions, notamment la justice et les administrations locales».  Il sera organisé, selon lui, des cycles de formation pour des journalistes. Il clôtura son intervention pour rappeler que «depuis sa constitutionnalisation en février 2018, il est observé une mutation plus que satisfaisante de cette langue et qu’il existe une étroite interaction entre le HCA et l’académie de langue amazigh qui va prendre en charge tous les aspects scientifiques de cette langue en vue de la développer et la généraliser».

B. Soufi

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …