Home / Actualité / en raison des Inquietudes sur l’abondance de l’offre: Timide remontée des prix du pétrole

en raison des Inquietudes sur l’abondance de l’offre: Timide remontée des prix du pétrole

Sans parvenir à effacer la dégringolade de vendredi dernier, les prix du pétrole se sont redressés à nouveau, hier en cours d’échanges européens, dans un marché inquiet de l’abondance de l’offre, à une semaine d’une réunion de l’Opep.

En fin de matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 60,64 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 16 cents par rapport à la clôture de la veille.
Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance prenait 8 cents à 51,71 dollars. «Les craintes d’une surabondance de l’offre se combinent aux inquiétudes que la demande faiblisse, et ont transformé une correction des prix à la baisse en un plongeon épique», a résumé Jasper Lawler, analyste. Selon lui, «la dernière chose dont le marché a besoin à présent est une production record de l’Arabie saoudite», premier exportateur mondial. Les analystes peinent à prévoir la position du royaume, qui pourrait aussi bien limiter sa production pour faire remonter les cours, que maintenir les prix bas pour apaiser son allié américain, avec qui les relations sont tendues depuis le meurtre du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi. «Il sera difficile de prévoir la direction que prendront les prix avant le G20 (où se retrouveront vendredi, le prince saoudien Mohammed ben Salmane, et le président américain Donald Trump) et la réunion de l’Opep», a commenté Hussein Sayed, analyste. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) se réunira le 6 décembre à Vienne, pour sa première réunion plénière depuis la chute des cours du pétrole, entamée début octobre. Ses partenaires, dont la Russie, se joindront à l’Opep le 7 décembre, et des objectifs de production plus stricts pourraient être adoptés lors de ces deux réunions. «Etant donné des productions plus importantes de l’Opep, de la Russie et des Etats-Unis, ainsi que des exportations iraniennes moins perturbées que prévu, nous nous attendons à ce que l’Arabie saoudite et l’Opep fassent reculer leur production d’un million de barils par jour», ont estimé les analystes. A plus court terme, les analystes se tourneront vers les données hebdomadaires sur les réserves américaines, qui seront publiées demain par l’Agence américaine d’information sur l’Energie.
Pour la semaine achevée le 23 novembre, les analystes tablent sur une baisse d’un million de barils des stocks de brut, sur une hausse d’un million de barils de ceux d’essence, et de 500.000 barils de ceux de produits distillés, selon la médiane d’un consensus établi par Bloomberg.

Samir M.

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …